Nicole Guedj : «On doit honorer les justes»

Nicole Guedj, présidente de la fondation France-Israël et ex-ministre, juge ce voyage essentiel pour les jeunes.[LICHTFELD EREZ/SIPA]

Des petits-enfants de Justes parmi les Nations partiront ce dimanche pour un séjour en Israël. Ils assisteront notamment aux cérémonies de commémoration de la Shoah. Organisatrice de ce voyage parrainé par Ariane Bois, journaliste et descendante de Juste, la présidente de la fondation France-Israël et ex-ministre, Nicole Guedj, juge ce voyage essentiel pour les jeunes.

Pourquoi est-il important de faire ce déplacement ?
Les Justes parmi les Nations se sont élevés contre la barbarie nazie au péril de leur vie, en cachant des juifs pendant la guerre. Il faut donc les honorer. Les Justes ont montré que la France n’était pas qu’un pays de «collabos».

Qui sont les descendants des Justes ?
Des petits, voire des arrière-petits- enfants. Il est très important d’associer les jeunes à ce travail de mémoire, pour ne pas oublier. On leur fait parfois découvrir leur propre histoire et Israël. Pour la plupart, ils n’y sont jamais allés.

Vous irez aussi à Yad Vashem…
Israël a été le premier pays à honorer les Justes. A Yad Vashem, les jeunes chercheront le nom de leurs grands-parents au mémorial, et retrouveront des familles sauvées et des enfants cachés. Ce sont des moments inoubliables.

Quelles sont les autres rencontres prévues ?
D’abord avec le Keren Hayessod, une grande institution sociale israélienne. Puis, nous ferons une cueillette de fruits dans un Moshav (village coopératif) avec le Leket, une association luttant contre le gâchis alimentaire. Enfin, nous visiterons le centre de secouristes Maguen David Adom. Il est crucial de montrer le quotidien des Israéliens, qui vivent dans un climat de terrorisme permanent, comme la France l’entrevoit aujourd’hui.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles