L'orthographe, une barrière à l’embauche

L’orthographe, un atout inestimable dans la recherche d’emploi : 60% des 60.000 CV reçus chaque année sont rejetés en raison de fautes.[PHILIPPE DESMAZES / AFP]

Selon une étude du projet Voltaire, les fautes d’orthographe sont un frein important pour la recherche d’emploi et sont souvent éliminatoires. 

Le Projet Voltaire a publié les résultats des travaux de recherche de Christelle Martin Lacroux, agrégée en économie-gestion et enseignante à l’université de Toulon. Selon ces travaux, un dossier de candidature comportant des fautes d'orthographe a trois fois plus de risques d’être rejeté par un recruteur. 

A lire aussi : La réforme de l’orthographe finalement enterrée ?

De plus en plus de rédactionnel

La thèse de l’enseignante a été menée auprès de 536 recruteurs et 422 candidats à l’embauche. Elle montre que les recruteurs accordent une attention accrue au niveau d’orthographe des candidats notamment en raison du fait que les salariés en entreprise sont amenés à produire de plus en plus d’écrits (mails, ect) dans le cadre de leur emploi.

La thèse de Christelle Martin Lacroux donne des détails sur cet accroissement de la production éditoriale puisqu’elle chiffre à 31% le nombre de salariés qui passent un quart de leur journée de travail à rédiger des textes, à 70% le nombre de salariés qui rédigent des documents au quotidien, et à 33 mails par jour et par collaborateurs. 

Critère discriminant

Du coté des recruteurs, les chiffres sont impressionnants, puisque la thèse estime qu’un dossier de candidature comportant des fautes d'orthographe a trois fois plus de chances d’être rejeté. Un risque qui existe dès la première faute relevée. À noter que les recruteurs jugent plus sévèrement les fautes de grammaire et de lexique que les fautes de frappe.

Par ailleurs, les dossiers de candidature ne sont pas les seuls à être scrutés. Ainsi, 71% des recruteurs qui se renseignent en ligne sur le candidat déclarent que les fautes d’orthographe sur les réseaux sociaux jouent en leur défaveur. Concrètement, 60% des 60.000 CV reçus chaque année sont rejetés en raison de fautes, et 81% des entreprises considèrent l’absence de maîtrise de l’orthographe comme un obstacle pour retenir la candidature d’un cadre. Candidats, relisez vous plutôt deux fois qu'une.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles