Affaire Barbarin: l'enquête pour «non-dénonciation» classée sans suite

Le cardinal Philippe Barbarin, le 15 mars 2016 à Lourdes [ERIC CABANIS / AFP/Archives] Le cardinal Philippe Barbarin, le 15 mars 2016 à Lourdes [ERIC CABANIS / AFP/Archives]

L'enquête pour «non-dénonciation» d'agressions sexuelles sur mineurs et «non-assistance à personne en danger», dans laquelle le cardinal Philippe Barbarin a été mis en cause, a été classée sans suite.

L'information a été rapportée par le procureur de la République de Lyon. Des victimes du père Bernard Preynat, mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles commises sur des scouts lyonnais il y a plus de 25 ans, reprochaient, en particulier au cardinal, de ne pas avoir dénoncé les agissements du religieux à la justice. L'autre grief évoqué à son encontre est de l'avoir laissé en poste trop longtemps, jusqu'en août 2015, dans une paroisse où il était au contact d'enfants.

A lire aussi : Le cardinal Barbarin entendu par la police 

Au terme d'une enquête préliminaire ordonnée en mars, le procureur Marc Cimmonti a estimé que les infractions visées n'étaient pas constituées, notamment celle particulièrement sensible de la «non-dénonciation». Plusieurs plaintes visant Philippe Barbarin, une des personnalités les plus influentes de l'Eglise catholique en France, et d'autres membres de l'Eglise avaient été déposées par des victimes du père Preynat, mis en examen pour des faits commis entre 1986 et 1991.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles