Nouvelle nuit de violences à Aulnay-sous-Bois

Vingt-six personnes ont été interpellées dans la nuit. [FRANCOIS GUILLOT / AFP]

La tension ne retombe pas à Aulnay-sous-Bois, quatre jours après l’interpellation violente de Théo. Dans la nuit de lundi à mardi 7 février, plusieurs incidents ont éclaté dans la cité des 3.000.

Selon les informations d’Europe 1, cinq à dix voitures et des poubelles ont été incendiées tandis qu’un fast-food a été la cible de tirs de cocktails-molotov. Un restaurant a également subi des dégradations. Au total, vingt-six personnes ont été interpellées. Un important dispositif policier, comprenant un hélicoptère, avait été déployé dans la ville de Seine-Saint-Denis. Les forces de l'ordre, qui ont essuyé des jets de projectiles, ont dû faire usage de leur arme en tirant en l'air.

Ces violences urbaines ont éclaté quelques heures après une marche en soutien à Théo, qui s’était déroulée dans le calme.

A lire aussi : Aulnay-sous-Bois : le maire soutient la famille de la victime

Toujours hospitalisé, le jeune homme de 22 ans a livré lundi son témoignage, évoquant un viol, des coups et des insultes. Il accuse en effet l’un des policiers de lui avoir «enfoncé dans les fesses, volontairement» sa matraque. Grièvement blessé au niveau de la zone rectale, Théo a dû être opéré en urgence et s’est vu prescrire soixante jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Dimanche, les quatre policiers impliqués ont été mis en examen : un pour viol et les trois autres pour violences volontaires. Ils ont également été suspendus de leurs fonctions. Saisi par l’avocat de la victime, le Défenseurs des droits a, par ailleurs, annoncé lundi qu’il allait lancer des investigations. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles