Aulnay-sous-Bois : un ami de Théo témoigne de son passage à tabac par la police

Le jeune homme s'est vu prescrire cinq jours d'ITT pour ses blessures. [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]

L’Obs dévoile ce mardi le témoignage d’un ami de Théo, le jeune homme victime de violences policières, qui affirme avoir été également agressé par des policiers, notamment par celui accusé de viol.

Les faits rapportés par Mohamed K. se sont déroulés une semaine avant l’agression dont a été victime Théo, à Aulnay-sous-Bois. Le jeune homme de 22 ans était sorti acheter du pain lorsqu’il avait aperçu un policier, qui ne portait pas de brassard, faire tomber d'une «balayette» un «petit de la cité». Il était alors intervenu pour prendre la défense de ce dernier.  

Après avoir poursuivi son chemin, Mohamed K., aurait de nouveau face au fonctionnaire de police, accompagné de deux collègues. Les trois agents auraient alors décidé de le fouiller. Le jeune homme avait ensuite été poussé vers le hall d’un immeuble par deux policiers, tandis que le troisième reste devant.

Des coups et des insultes pendant une trentaine de minutes

C’est à ce moment que le contrôle se serait transformé en agression, qui aurait duré entre trente et quarante minutes. «Ils me frappent, coups de pied, coups de poing au visage , dans le ventre, dans le dos, je saigne parce qu’ils m’ouvrent le crâne, je leur dis que je suis essoufflé, ils me traitent de "sale noir", de "salope", ils me crachent dessus», a-t-il raconté à l’hebdomadaire. Et de poursuivre : l’agent (celui qui est accusé de viol par Théo, ndlr) «me cogne avec sa matraque. Un des policiers me braque à bout portant avec son Taser, et me dit "laisse toi faire ou je te tase"».

Mohamed K. aurait de nouveau été frappé et insulté dans la voiture qui le transportait au commissariat, où il sera placé en garde à vue pour outrage et rébellion. Le médecin qui l’a examiné lui a prescrit cinq jours d’ITT (interruption temporaire de travail) pour ses nombreuses blessures. 

A lire aussi : Affaire Théo : le commissaire d'Aulnay aurait été condamné en 2008

Le jeune homme, dont le visage porte les traces de nombreux coups, apprendra par la suite, lors de sa garde à vue, que les policiers qui l’ont interpellé ont déposé une plainte contre lui. L’un d'eux s’est tordu le petit doigt lors de l’arrestation. Mohamed K., qui a décidé de porter plainte à son tour, a expliqué par ailleurs au journal que le policier mis en examen pour viol dans l’affaire Théo est «connu dans le quartier».  

L'IGPN saisi

Quelques heures après la publication de ce témoignage, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a annoncé avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). «Ce sont des accusations graves portées sur le même fonctionnaire, qui méritent que l'on fasse évidement toute la lumière», a expliqué le porte-parole du ministère Pierre-Henry Brandet. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles