Emploi et économie : le programme de Marine Le Pen

Marine Le Pen axe son programme économique sur la préférence nationale. [BERTRAND GUAY / AFP]

Marine Le Pen propose dans son programme une série de mesures concernant l'emploi. Comme pour le reste de son projet, la préférence nationale y tient une place essentielle. 

La candidate du Front National veut ainsi interdire l'importation et la vente de produits provenant de l'étranger et ne respectant pas les normes imposées aux producteurs français, et réserver la commande publique aux entreprises françaises si l'écart de prix est «raisonnable».

Par ailleurs, une «Aurorité de Sûreté économique» serait crée, qui interdirait les investissements étrangers s'ils «portent atteinte aux intérêts nationaux». Dans les magasins, Marine Le Pen prévoit de mettre en place un nouvel étiquetage afin de favoriser les produits français. Et de manière générale, elle souhaite s'affranchir des contraintes européennes, d'autant plus si la France sort de l'Union Européenne. 

Priorité aux TPE et PME

Marine Le Pen fait de l'aide aux TPE et les PME une priorité. Afin de favoriser leur activité, elle souhaite alléger les charges sociales et alléger la fiscalité. Elle veut également maintenir le dispositif à taux réduit à 15% de l'impôt sur les sociétés qui s'applique à ces entreprises, tout en créeant un taux intermédiaire à 24% au lieu de 33% pour les PME. 

Les 35 heures seraient pour leur part maintenues, mais les accords de branche seraient favorisés afin de permettre aux salariés de travailler 39 heures payées 39 heures. Les heures supplémentaires seraient défiscalisées, alors que la première embauche d'un jeune de moins de 21 ans serait totalement exonérée de charges pour un délai de deux ans. Enfin, Marine Le Pen souhaite mettre en place une taxe sur l'embauche de salariés étrangers.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles