Après son agression, Jean-Vincent Placé pourrait arrêter la politique

Sur Twitter, il s’est également dit «fortement meurtri». [DOMINIQUE FAGET / AFP]

Victime d’une violente agression à Paris le week-end dernier, Jean-Vincent Placé a indiqué mardi qu’il songeait sérieusement à mettre un terme à sa carrière dans la politique.

«J’aime beaucoup la politique mais cette agression me fait réfléchir à arrêter», a-t-il annoncé à l’AFP, précisant que sa «réflexion est très avancée». Il pourrait ainsi renoncer à se représenter aux élections sénatoriales du 24 septembre. 

Sur Twitter, il s’est également dit «fortement meurtri».

Dans la nuit de samedi à dimanche, Jean-Vincent Placé a été passé à tabac par trois individus qui lui ont dérobé son téléphone portable, sa montre et sa carte bleue. Blessé au dos, le sénateur de l’Essonne a également eu la lèvre fendue et une dent cassée. Jean-Vincent Placé s’est vu prescrire six jours d’ITT. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles