Ce que l'on sait de l'attaque au couteau ayant fait deux morts à la gare Saint-Charles

Deux femmes ont été tuées, ce dimanche 1er octobre, lors d'une attaque au couteau à la gare Saint-Charles à Marseille.[BERTRAND LANGLOIS / AFP]

Deux femmes ont été tuées, ce dimanche 1er octobre, lors d'une attaque au couteau à la gare Saint-Charles à Marseille.

L'assaillant a, quant à lui, été abattu par les militaires de l'opération Sentinelle présents sur place. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie et une enquête a été ouverte pour «assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique».

Voici ce que l'on sait de cette attaque au couteau.

Que s'est-il passé à la gare Saint-Charles?

Ce dimanche, vers 13h45, un homme armé d'un couteau a attaqué des passants dans la gare Saint-Charles à Marseille. Un voyageur a raconté avoir vu des hommes en armes d'assaut et a assisté à l'évacuation des lieux. 

Contacté par FranceInfo, une femme a témoigné. Alors qu'elle était sur le parvis de la gare, elle raconte qu'«il y avait un groupe de personnes assises sur un des banc, à environ 100-150 mètres de moi. J'ai entendu des cris et vu un homme qui était assis tombé à terre. J'ai entendu l'attaquant avec un couteu crier 'Allah Akbar' et je l'ai vu essayer d'attaquer d'autres personnes.» 

Ce soir, le ministre de l'Intérieur a indique que l'agresseur a d'abord poignardé une première personne sur le parvis de la gare, a commencé à s'enfuir, puis il serait revenu sur ses pas. Il a alors attaqué la deuxième personne, avant de reprendre la fuite. C'est à ce moment qu'il a été abattu par les militaires.

Que sait-on sur l'assaillant?

L'assaillant serait âgé d'une trentaine d'années. Il aurait été identifié par ses empreintes. Selon les premières informations, l'homme était connu des services de police pour des faits de délinquance mineurs de droits communs mais il était inconnu des services antiterroristes. Il n'était donc pas fiché S.

Ce qui interpelle sur la personnalité de l'agresseur, c'est l'existence de sept identités différentes en France et dans plusieurs pays du Maghreb.

Sur les lieux, l'individu était armé d'un couteau, et était en possession d'une deuxième arme dont il ne s'est pas servi. L'homme a été menoté dans l'attente de la constation de son décès.

Daesh a revendiqué l'attaque au couteau de Marseille. Dans sa dépêche, l'agence de presse jihadiste Aamaq décrit l'assaillant  comme un «soldat de l'Etat islamique».

Qui sont les deux victimes?

Il s'agit de deux femmes et toutes les deux ont succombé à leurs blessures. Pour l'heure, elles n'ont pas été identifiées.

La première a été touchée à la nuque - «égorgée» - et dans le dos, tandis que la deuxième a été frappée au thorax et à l'abdomen.

Parmi les victimes, l'une était âgée d'une vingtaine d'années.

L'assaillant a, quant à lui abattu, par les militaires de l'opération Sentinelle, a précisé le procureur de la République Xavier Tarabeux.

Le parquet antiterroriste a été saisi

En cours d'après-midi ce dimanche, le parquet antiterroriste a été saisi et une enquête de flagrance pour «assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle».

Les services de la DCPJ et le DGSI ont été saisis.

Quelle est la situation à la gare Saint-Charles?

Les autorités ont demandé aux Marseillais d'éviter le secteur de la gare. Le trafic ferroviaire au départ et à destination de la gare de Marseille, totalement interrompu après l'attaque, immobilisant une quinzaine de trains, devaient reprendre partiellement vers 18h30.

À suivre aussi

Politique Paris, Marseille, Lyon : comment fonctionnent les élections municipales dans ces villes ?
Marseille «Taisez-vous ou je vous bute tous» : un professeur à l'université dérape et menace ses étudiants pendant un examen
Calanque de Niolon : un petit coin de paradis en France
Vacances Calanque de Niolon : un petit coin de paradis en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles