«Ceux qui foutent le bordel» : Macron «assume sur le fond» mais pas le «mot familier»

La petite phrase présidentielle fait polémique. [ludovic MARIN / POOL / AFP]

La polémique enfle depuis jeudi matin. Lors d’un déplacement en Corrèze, Emmanuel Macron a estimé mercredi que «ceux qui foutent le bordel» devraient plutôt chercher du travail. Des propos dont il assume «le fond» mais pas l’emploi d’un «mot familier». 

Le président inaugurait un campus à Egletons en compagnie du président de la région Nouvelle Aquitaine. Sur place, il avait été accueilli par une centaine de salariés en colère de GM&S accompagnés d'élus locaux.

Une mobilisation qui a visiblement agacé Emmanuel Macron. «Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire», a-t-il ainsi souligné, évoquant la fonderie d’Ussel, qui peine à recruter. 

Le président «assume sur le fond», mais il «ne savait pas qu'il était filmé et, par conséquent, son registre de langage relevait du privé», a indiqué jeudi à l'AFP son porte-parole Bruno Roger-Petit. Il n'aurait pas employé dans un discours le terme «bordel», un «mot familier» utilisé «dans une discussion officieuse», a précisé un autre proche du chef de l'Etat.

Alors que le climat social est particulièrement tendu depuis la rentrée, la petite phrase présidentielle n’est pas passée inaperçue. De nombreux membres de l’opposition et internautes ont ainsi dénoncé le «mépris» d’Emmanuel Macron, rappelant ses précédentes sorties polémiques.

Une «citation tronquée», selon l'Elysée

De son côté, le porte-parole de l’Elysée, Bruno Roger-Petit, a dénoncé une «citation tronquée, sortie de son contexte» mercredi soir, avant de, semble-t-il, revenir sur ses propos jeudi.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles