Latifa Ibn Ziaten, future prix Nobel de la paix ?

Depuis la mort de son fils, assassiné par Mohammed Merah en 2202, Latifa Ibn Ziaten est devenue le symbole de la lutte contre la radicalisation.[Ludovic MARIN / AFP]

Latifa Ibn Ziaten, la mère d'Imad, jeune militaire qui fut la toute première victime de Mohammed Merah à Toulouse, en mars 2012, vient de se déclarer candidate pour le prix Nobel de la paix. 

Cette Franco-Marocaine de 57 ans est devenue le symbole de la lutte contre la radicalisation, et un site a été lancé pour soutenir sa candidature.

«Son courage force le respect. La vérité de sa parole impressionne. Son humanité touche les cœurs. En un temps où les extrémismes politiques et religieux, particulièrement le terrorisme, menacent nos sociétés, le combat pacifique de Latifa Ibn Ziaten ouvre une brèche lumineuse au cœur des obscurités du monde», écrit sur son site l’association lyonnaise L’Hospitalité d'Abraham, présidée par le père Christian Delorme, un religieux engagé depuis des années dans le dialogue interreligieux.

En plus du soutien de l’association, Latifa Ibn Ziaten a également lancé, sur Twitter, un appel pour soutenir sa candidature.

Latifa Ibn Ziaten a créé l'association «Imad pour la jeunesse et la paix» depuis l'assassinat de son fils, rappelle La Dépêche, et parcourt sans relâche les écoles, associations et autres salles de meeting des quartiers populaires, à la rencontre de jeunes et de leurs parents pour les sensibiliser aux risques de la radicalisation.

Depuis le décès de son fils, Latifa Ibn Ziaten rencontre ainsi 10.000 jeunes chaque année. En 2016, François Hollande lui a remis la Légion d'honneur, et en 2017, son engagement a fait l'objet d'un documentaire «Latifa, le coeur au combat».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles