Finances publiques, santé, loisirs... Les critiques de la Cour des comptes

La Cour des comptes a rendu public, hier, son rapport annuel[LUDOVIC MARIN / AFP]

Comme chaque année depuis 1832, la Cour des comptes a rendu public, hier, son rapport annuel qui met en lumière des exemples de bonnes et mauvaise gestion de l’argent public. Cette année, les Sages de la rue Cambon mettent en garde le gouvernement contre tout «relâchement» et l’appellent à accélérer les réformes pour réduire son niveau de dépenses.

Une situation économique encore peu stable

L’un des principaux points abordés par la Cour des comptes dans son rapport concerne la situation économique de l’Hexagone. Si, en 2017, le déficit public devrait revenir en dessous de 3 points de PIB, selon les prévisions du gouvernement, les Sages soulignent que «ce retour n’est pas acquis». Ils critiquent également un «essouflement» dans le contrôle des fraudes aux cotisations sociales et préconisent de l’intensifier. La sortie des emprunts à risque, contractés par les collectivités locales dans les années 2000, a été bien réalisée, juge la Cour des comptes, mais a coûté près de trois milliards d'euros à l'Etat

Un système de santé miné par la dette  

Autre point sur lequel revient la Cour des comptes, la situation financière des hôpitaux français : un tiers des établissements étaient «en situation d’endettement excessif» en 2015. La dette des hôpitaux publics étant passée de 9,8 milliards d’euros en 2003 à 29,3 milliards d’euros en 2016. Les Sages reviennent également sur la politique vaccinale de l’Etat menée ces dernières années, avec des mesures «mal coordonnées» et «insuffisantes».

Un gestion immobilière qui provoque des surcoûts

Plusieurs dépenses immobilières n’ont parfois pas permis de réaliser les économies espérées. La Cour des comptes pointe ainsi du doigt le regroupement dans deux bâtiments, dans le quartier de la Défense, du ministère de l’Ecologie avec un surcoût de 88 milliards d’euros. Ou encore la concentration à Balard de l’ensemble des états-majors et organismes centraux du ministère des Armées.

Des loisirs coûteux pour l'Etat

Les piscines sont dans le collimateur de la Cour des comptes, qui considère qu’elles plombent les comptes des municipalités en raison d’un coût moyen de construction important, de coûts d’exploitation élevés et de recettes modérées. La juridiction déplore également la «vulnérabilité croissante» des stations de ski des Alpes du nord face au réchauffement climatique et conseille aux stations de basse altitude de se rapprocher des grandes agglomérations pour développer un tourisme de proximité.

Et aussi... 

Dans son rapport, la Cour des comptes revient également sur le secteur des entreprises privées de sécurité, considéré comme «peu fiable» et caractérisé par «d'importantes fragilités economiques». Elle critique également l'autorité de régulation du secteur, le Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps), dont les résultats «ne sont pas çla hauteur des attentes». 

Autre point abordé par les Sages de la rue Cambon, les aides à la presse, qui profitent en majorité aux publications sur papier et très peu aux médias en ligne. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles