Neige : la ville de Fleury-Mérogis tacle avec humour un internaute

Exaspéré, le community manager de la ville de Fleury-Mérogis a répondu de façon ironique à un twittos. Photo d'illustration.[Thomas SAMSON / AFP]

Sur Twitter, la ville de Fleury-Mérogis n’a pas hésité à envoyer promener, non sans ironie, un internaute qui l’interrogeait sur le déneigement.

Interpellant la municipalité, un twittos, agacés par l'abondance de neige et de verglas sur les trottoirs et dans les rues de sa ville, a demandé : «Question. Aucun déneigement. Pas de sablage, ni de salage. Y a-t-il un service de voirie à la mairie ?».

Franceinfo, qui relaie cette histoire, rapporte que Mathieu Cussot, le community manager, n’a alors pas pris de gants pour répondre : «Non, il n'y a pas de service voirie à la mairie, il n'y a que des agents payés à regarder la neige tomber et à créer des conditions de circulation chaotiques pour les habitants de la ville. Et ça nous fait bien marrer. Voilà. (Sinon on est tous sur le pont depuis hier soir)». 

Un peu plus tard dans la journée, le community manager a publié un autre message, reprenant une phrase devenue virale sur la toile, prononcée par une jeune femme sur le plateau de C’est mon choix : «On n’est pas venus ici pour souffrir, ok ?».

Franceinfo rappelle que le compte de Fleury-Mérogis informe régulièrement les citoyens, en publiant notamment des photos des services de la municipalité en pleine opération de salage. A force de répondre à des internautes peu reconnaissants, Mathieu Cussot a fini par être exaspéré et l’a fait savoir. «On en prend plein la tête parce que les gens râlent souvent. En général, j'essaie d'expliquer, de faire de la pédagogie... Mais cette fois-ci, non. C'était le tweet de trop !», a-t-il expliqué à Franceinfo.

Un ton léger que ce dernier assume totalement. «C'est une ligne éditoriale qu'on essaie de s'appliquer sur tous nos supports : le magazine, le site internet (en cours de refonte) et les réseaux sociaux», a-t-il plaidé, expliquant qu’il avait même montré le tweet à la maire, Aline Cabeza, et que cela l'avait «amusée».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles