Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP] Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018. [REMY GABALDA / AFP]

Baisse de cadences dans la production des Airbus A380 et A400M : des turbulences sociales sont à prévoir chez l'avionneur européen qui informe les syndicats mercredi à Toulouse à l'occasion d'un Conseil d'entreprise européen.

La semaine dernière, le magazine français Challenges a avancé le chiffre de 3.600 postes déplacés ou supprimés chez l'avionneur européen, un chiffre qui n'a pas été confirmé par sa direction, qui a déploré «des fuites dans les médias».

«On est proche de ce chiffre», dit-on toutefois de source syndicale dans le groupe, sous couvert d'anonymat.

Avec quelles conséquences ? «Le redéploiement ne va pas se traduire nécessairement par des suppressions de postes», dit-on dans l'entourage de la direction, qui cite parmi les solutions possibles la mobilité interne, des départs à la retraite, des non-reconductions de CDD notamment.

Airbus emploie quelque 133.000 personnes dans le monde.

«On aura le détail sur les postes impactés mercredi», dit-on chez les syndicats, selon lesquels ce sont les sites espagnols, allemands et britanniques qui risquent d'être le plus sur la sellette.

Les sites français seraient moins affectés, selon les entourages des syndicats et de la direction, grâce à la mobilité et la possibilité de muter des salariés travaillant sur un programme en perte de vitesse, comme l'A380, vers un programme suivant à l'inverse une courbe ascendante, comme l'A350.

Un moment menacé, faute de ventes, le programme de l'A380 s'est trouvé pérennisé grâce à une récente commande d'Emirates, de 20 appareils, avec 16 avions supplémentaires en option.

Mais si douze exemplaires doivent être livrés cette année, seuls huit appareils devraient l'être en 2019. Et la cadence pourrait être ramenée à six appareils par an à partir de 2020.

«De quoi nous donner dix ans de production et le temps peut-être décrocher de nouvelles commandes», dit-on chez Airbus à Toulouse, où l'avion, qui a du mal à s'imposer sur le marché des gros porteurs, est assemblé.

Des techniciens s'activent sur une ligne d'assemblage de l'Airbus A380 à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018. [REMY GABALDA / AFP]
Des techniciens s'activent sur une ligne d'assemblage de l'Airbus A380 à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018. [REMY GABALDA / AFP]

Quant à l'A400M, l'avion de transport militaire qui a accumulé les retards et les surcoûts depuis son lancement, et largement pesé sur les comptes 2017 de l'avionneur européen, il devrait être produit à hauteur de 15 exemplaires cette année -contre 19 en 2017- et 11 en 2019.

La baisse de la production à hauteur de 8 appareils par an à partir de 2020, jusqu'alors envisagée, devrait être confirmée mercredi. De quoi là encore, selon Airbus, prolonger le programme et augmenter ses chances à l'export.

Mais cette réduction de la cadence pourrait avoir des conséquences sur le site espagnol de Séville, où est assemblé l'A400M, selon l'entourage de syndicats.

Inquiétude en Allemagne

L'inquiétude est aussi palpable en Allemagne, où un porte-parole du ministère de l'Economie, interrogé sur les rumeurs de suppressions de postes, a appelé lundi Airbus à prendre des décisions «responsables».

«Il est évidemment important à nos yeux que l'entreprise prenne des décisions responsables et gère de façon responsable les sites et les salariés», a-t-il déclaré, cité par l'agence allemande DPA.

Ce que le groupe s'est engagé à faire. «Airbus s'engage à gérer toute implication sociale de manière responsable», a fait valoir le groupe dans un communiqué. «Par le passé l'entreprise a démontré à plusieurs reprises sa capacité à trouver les meilleures solutions possibles pour ses employés».

En tout état de cause, la réunion de mercredi doit marquer le coup d'envoi des négociations sur les modalités de l'adaptation des effectifs.

Malgré tous ces avatars, la confiance reste de mise chez certains syndicats. «Il n'y a pas d'inquiétude sur l'avenir du groupe», dit un syndicaliste, en référence au niveau de son carnet de commandes.

Lors de la présentation de ses résultats 2017, Airbus avait souligné que la valeur totale du carnet de commandes s'élevait à 997 milliards d'euros contre 1.060 milliards fin 2016.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles