Coup de filet contre l'ultradroite: «profonde préoccupation» du CFCM pour la sécurité des musulmans

Ahmet Ogras, alors vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM) le 8 janvier 2016 à Paris [JOEL SAGET / AFP/Archives] Ahmet Ogras, alors vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM) le 8 janvier 2016 à Paris [JOEL SAGET / AFP/Archives]

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé lundi sa «profonde préoccupation» pour la sécurité des lieux de culte et des fidèles musulmans après le vaste coup de filet antiterroriste mené ce week-end dans le milieu de l'ultradroite radicale.

Dix personnes soupçonnées de projeter des actions violentes contre des musulmans ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche dans plusieurs endroits en France.

La direction collégiale du CFCM va être reçue lundi par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, auquel elle «demandera de prendre toutes les mesures appropriées pour que de tels projets funestes ne se réalisent» pas, a précisé l'instance représentative du deuxième culte de France. Cet entretien est prévu à 14h30, a-t-on précisé place Beauvau.

Dans son communiqué, le CFCM «appelle tous les responsables politiques afin qu'ils dénoncent avec la plus grande fermeté les actions violentes dirigées contre les musulmans de France». Il invite les fidèles et «les associations gérant des lieux de culte musulman à la plus grande vigilance».

Un retraité de la police impliqué

Les arrestations menées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se sont notamment déroulées en Corse, où deux suspects ont été arrêtés, en région parisienne, dans la Vienne et en Charente-Maritime. Parmi les interpellés, figure le chef de file présumé de ce réseau, Guy S., retraité de la police nationale et habitant de Charente-Maritime.

Le CFCM a tenu «à rendre un hommage appuyé à nos forces de sécurité et en particulier à la DGSI pour le travail mené dans le cadre de sa mission de protection de nos concitoyens».

À suivre aussi

Allemagne Attentat de Halle : le tireur voulait «commettre un massacre» dans la synagogue
Marion Maréchal après son discours, samedi 28 septembre, à la «Convention de la droite».
France Marion Maréchal annonce qu'elle ne sera pas candidate à l'élection présidentielle en 2022
Terrorisme Le numéro 2 de l’ambassade de France au Salvador mis en examen pour «terrorisme» contre la communauté musulmane

Ailleurs sur le web

Derniers articles