Un couple malvoyant se voit refuser l’entrée d’un restaurant à cause de son chien guide

Le couple a décidé de porter plainte contre le Be Wok[Philippe HUGUEN / AFP]

Un couple d'Aixois souhaitait se rendre dans un restaurant d'Eguilles (Bouches-du-Rhône) mardi 7 août. Mais il s'en est vu refuser l'accès, au prétexte que la femme, aveugle de naissance, était accompagnée de son chien guide, Jump. 

Brigitte Robolo, qui était avec son compagnon Fabien, également déficient visuel, a raconté sa mésaventure à France Bleu Provence. «Quand on est arrivés, l'employé a dit 'non pas le chien, le patron ne veut pas' (...) Je lui ai dit que c'était un chien guide et que j'allais appeler la police. Il m'a répondu que je pouvais faire ce que je voulais. 'Appelez la police si vous voulez, mais le chien ne rentrera pas'». 

A France Bleu Provence, elle a affirmé avoir été «traitée comme un déchet de la société». «C'est comme si on demandait à une personne en fauteuil roulant de manger debout, il ne peut pas. Pour moi, c'est pareil. Jump, c'est mes yeux», a-t-elle expliqué. 

«Un chien, c'est une mauvaise image»

Pour justifier cet acte, le Be Wok, un buffet à volonté en self service, a affirmé, toujours à France Bleu Provence, que c'était pour une question d'hygiène : «Les poils de chien peuvent s'envoler dans les plats. Un chien ça ne fait pas propre, c'est une mauvaise image. Nous acceptons tout le monde, mais les chiens resteront interdits». 

Une explication peu convaincante, pour le compagnon de Brigitte, qui s'est exprimé au micro de Franceinfo. «Il est quand même anormal qu'une personne non-voyante se fasse pointer à l'entrée d'un restaurant. On n'est pas des voyous. On est des handicapés», a-t-il martelé.

Le couple a décidé de porter plainte contre le Be Wok. Depuis 2005, la loi oblige en effet tout établissement, y compris les restaurants, à accepter les chiens guides ou les chiens d'assistance. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles