Migrants : le port de Sète se dit prêt à accueillir l'Aquarius

«Nous pouvons accueillir ces migrants quel que soit le moment mais ils ne pourront pas venir sans l'accord des autorités françaises», a expliqué Jean-Claude Gayssot. [BORIS HORVAT / AFP]

Après avoir secouru 141 personnes vendredi 11 août au large des côtes libyennes, l'Aquarius est désormais dans l'attente d'un port. Et celui de Sète s'est déclaré prêt à l'accueillir si le gouvernement lui en donne l'autorisation.

«La seule condition, c'est d'abord le feu vert des autorités françaises, a-t-il expliqué. Je comprends que les choses sont complexes, y compris qu'il faut combattre les passeurs. Mais là, il s'agit de vies humaines. Tout doit être second par rapport à l'humain, par rapport à sauver des vies, des familles, des femmes et des enfants», a expliqué Jean-Claude Gayssot, président du port de Sète, au micro de France Bleu Hérault lundi. 

«Nous avons une gare maritime, trois quais disponibles et nous pouvons accueillir ces migrants quel que soit le moment mais ils ne pourront pas venir sans l'accord des autorités françaises», a insisté l'ancien ministre communiste des Transports et vice-président de la région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée.

Inquiète, Sophie Beau, la présidente de l'association SOS Méditerranée, a invité les États européens ce lundi 13 août à «prendre leurs responsabilités pour trouver un port sûr en Méditerranée».

Pour l'instant, le bateau se trouve toujours entre Malte et l'île italienne de Lampedusa, et l'association a déjà eu deux «réponses officielles négatives» de la part des deux pays.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles