«Ligue du Lol» : démissions, mises à pied... quelles conséquences ?

Le groupe «ligue du LOL» rassemblait quelques uns des comptes français les plus populaires de Twitter. Le groupe «ligue du LOL» rassemblait quelques uns des comptes français les plus populaires de Twitter. [DAMIEN MEYER / AFP]

L'affaire de la «Ligue du Lol» prend de l'ampleur depuis plusieurs jours. Plusieurs des membres de ce groupe accusé de se livrer à des faits de harcèlement notamment envers des femmes avaient annoncé leur démission ou faisaient face à des procédures de licenciement ou de suspension. 

Dix ans après la création du groupe «Ligue du Lol» sur Facebook, de nombreux témoignages ont dénoncé les messages parfois violents reçu de la part de ses membres. Photomontages pornographiques, blagues sexistes... Certaines victimes ont même fait état d'entraves à leur carrière.

Les mises à pied

Le journaliste Vincent Glad, rédacteur et pigiste à Libération et qui avait crée le groupe Facebook a été mis à pied à titre conservatoire par la direction du journal, qui a précisé qu'il ne s'agissait pas, pour le moment, d'une «sanction». Le site Brain Magazine a également annoncé la suspension de sa collaboration avec Vincent Glad.

Un autre journaliste de Libération, Alexandre Hervaud, a également été mis à pied. 

Ils avaient tous deux posté des messages sur Twitter afin de présenter leurs excuses et de donner leur version de l'affaire. 

Un autre membre du groupe, le publicitaire Renaud Loubert-Aledo, a été mis à pied à titre conservatoire par Publicis Consultants, selon Le Monde. 

David Doucet, rédacteur en chef Web des Inrocks et François-Luc Doyez, rédacteur en chef adjoint, ont également été mis à pied à titre conservatoire.

Enfin, Guillaume Ledit, journaliste collaborateur du média Usbek & Rica, a également été mis à pied.

Les retraits de postes

Le rédacteur en chef du «Tag Parfait», magazine de la culture pornographique, Stephen des Aulnois, a annoncé son retrait de ses fonctions au sein de la rédaction. 

Les mises à l'écart

Guilhem Malissen, qui animait le podcast «Bouffons» sur la plateforme «Nouvelles écoutes», a été écarté. Le studio a annoncé avoir mis fin à sa collaboration avec lui.

Démission refusée

Le rédacteur en chef du site Slate, Christophe Carron, a proposé sa démission, qui lui a été refusée. «On a découvert sa participation au groupe) à l'occasion (de l'affaire). Il n'a jamais ni menacé, ni insulté, ni harcelé personne. Son seul tort est d'avoir continué à faire partie de ce groupe, sans prendre garde et s'en écarter.», a expliqué le confondateur du site, Jean-Marie Colombani.

Christophe Carron a été confronté à une victime de la ligue du LOL, Lucile Bellan, qui a écrit un article sur l'affaire pour Slate. Il a égalemnt fait savoir qu'il ne prendrait part «d'aucune manière ni à l asupervision, ni à la rédaction de ses articles».

Vous aimerez aussi

Sandra Muller avait créé #balancetonporc en 2017
Harcèlement sexuel La créatrice de #balancetonporc devant la justice pour diffamation
France Télécom : les prévenus à la barre
Justice France Télécom : les prévenus à la barre
MARTIN BUREAU / AFP
Justice Denis Baupin perd son procès en diffamation contre les médias et ses accusatrices

Ailleurs sur le web

Derniers articles