«Lasagnes au cheval» : 6 mois ferme pour l’ex-directeur de l’entreprise Spanghero

L'entreprise Spanghero à Castelnaudary le 10 février 2013 [REMY GABALDA / AFP/Archives] L'entreprise Spanghero à Castelnaudary le 10 février 2013 [REMY GABALDA / AFP/Archives]

Six ans après le scandale de la viande de cheval vendue comme du boeuf en Europe, deux anciens dirigeants de l'entreprise française Spanghero et deux négociants néerlandais ont été condamnés mardi à Paris pour une succession de «tromperies» entre les Pays-Bas et la France.

Les faits commis par ces quatre hommes «ont durablement déstabilisé les filières viande et plats cuisinés en France et ont eu des conséquences sur la réglementation française mais aussi européenne», a observé le tribunal correctionnel dans son jugement, consulté par l'AFP.

Ils constituent une négation des «principes de confiance et de loyauté», fondamentaux s'agissant d'alimentation, ont insisté les juges. Le scandale, qui avait éclaté au Royaume-Uni début 2013 et s'était propagé à toute l'Europe, n'avait eu aucune conséquence sanitaire mais avait abouti à une grave crise de confiance des consommateurs.

Dans le volet «Spanghero», le principal, deux ex-dirigeants de l'entreprise et deux intermédiaires néerlandais étaient poursuivis pour avoir trompé le fabricant de plats cuisinés Tavola -et les consommateurs- en lui vendant entre 2012 et début 2013 plus de 500 tonnes de cheval présenté comme du boeuf, plus cher.

Des marques comme Findus et Picard avaient ainsi découvert que leurs lasagnes, hachis parmentiers et autres moussakas «pur boeuf» contenaient, pour des milliers d'entre eux, du cheval. A l'époque, Spanghero, société de transformation de viandes implantée à Castelnaudary (Aude), commandait de la viande congelée à un négociant néerlandais, Johannes Fasen, spécialiste du cheval.

La marchandise, roumaine ou canadienne, passait par les entrepôts néerlandais de son bras droit Hendricus Windmeijer, où les étiquettes perdaient toute référence à l'espèce "cheval", sauf un code douanier. Arrivée chez Spanghero, elle était étiquetée comme européenne et transformée sur place, puis réexpédiée vers Tavola, au Luxembourg, étiquetée comme du boeuf.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles