Christophe Castaner revient sur ses propos après la tentative d'intrusion de la Pitié-Salpêtrière

Un pas de côté pour Christophe Castaner. Sous le feu des critiques après avoir affirmé que la tentative d'intrusion de manifestants à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai était une «attaque», le ministre de l'Intérieur est revenu sur ses propos deux jours plus tard.

«J'entends le reproche sur le mot 'attaque'. Je me dis que je n'aurais pas dû l'employer. 'Intrusion violente', terme utilisé par la directrice, est en effet mieux adapté et semble confirmé par les vidéos qui sont apparues depuis», a-t-il déclaré. Il n'est cependant pas revenu sur le reste de ses déclarations, qui continuent de faire polémique.

Dans son tweet, il avait alors assuré que le personnel soignant avait été «agressé». Une version démentie par l'équipe médicale qui a assuré ne pas avoir été «du tout choquée». De plus, le bâtiment n'a pas subi de dégradations. 

Les témoignages recueillis par différents médias montrent que le bâtiment n'était pas la cible de manifestants violents. La tentative d'intrusion aurait plutôt été motivée par des personnes essayant d'échapper au gaz lacrymogène ou au canon à eau des forces de l'ordre. 

Des soutiens pour rien

Avant de retirer ses mots, Christophe Castaner avait reçu le soutien de plusieurs membres du gouvernement. Gabriel Attal, affirmait par exemple sur RTL que «tout le temps que l'on perd à alimenter une espèce de pseudo-polémique pour faire l'exégèse du terme 'attaque', c'est du temps que l'on perd pour dire que ce n'est pas acceptable de s'introduire dans un hôpital en défonçant une grille».

Même son de cloche pour Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux affaires européennes, pour qui cette affaire se résumait à de «l'étymologie». Toute cette défense qui a finalement été détruite en quelques heures par le ministre de l'Intérieur lui-même, nouvelle preuve du manque de communication de l'équipe gouvernementale ? 

À suivre aussi

Justice Qui est Taha Bouhafs, le journaliste à l'origine de l'affaire Benalla et dont le téléphone vient d'être confisqué ?
1er mai La Pitié : les gardés à vue ont donné leur version
Un membre du personnel du service de réanimation a filmé la scène.
1er mai Vidéo : un membre du service de réanimation filme la tentative d'intrusion à la Pitié-Salpêtrière

Ailleurs sur le web

Derniers articles