Des balançoires à la frontière américano-mexicaine pour que les enfants jouent ensemble

Au Nouveau-Mexique, plusieurs balançoires à bascule ont été installées à la frontière entre le Mexique et les États-Unis pour que petits et grands des deux côtés de la frontière puissent jouer ensemble.

Leur couleur rose chatoyante dénote dans le paysage aride du sud des Etats-Unis. Ces «tapes-culs» (ou «teetetotter» en anglais), installés hier à Sunland Park, dans l'Etat du Nouveau-Mexique ont été glissés à travers les lattes du mur qui délimite la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Ces structures atypiques visent à se connecter la ville américaine avec les habitants de Ciudad Juárez, la commune mexicaine située de l'autre côté. 

C'est à partir de 2009 que l'idée d'un objet connectant les habitants de part et d'autre de la frontière a commencé à murir dans la tête de deux professeurs d'université. Ronald Rael enseignait alors l'architecture à la prestigieuse université de Berkeley, en Californie, où il travaille toujours. A 80 kilomètres de là, Virginia San Fratello était professeur de design à l'université de San Jose.

Il aura fallu attendre dix ans pour que leur projet se concrétise enfin. Partageant hier la bonne nouvelle sur son compte Instagram, photo et vidéo à l'appui, Ronald Rael explique à quel point il était émouvant d'observer enfants et adultes des deux côtés de la frontière jouer ensemble sur ces balançoires, et l'impact positif que ces interactions peuvent avoir les uns sur les autres. 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

One of the most incredible experiences of my and @vasfsf’s career bringing to life the conceptual drawings of the Teetertotter Wall from 2009 in an event filled with joy, excitement, and togetherness at the borderwall. The wall became a literal fulcrum for U.S. - Mexico relations and children and adults were connected in meaningful ways on both sides with the recognition that the actions that take place on one side have a direct consequence on the other side. Amazing thanks to everyone who made this event possible like Omar Rios @colectivo.chopeke for collaborating with us, the guys at Taller Herrería in #CiudadJuarez for their fine craftsmanship, @anateresafernandez for encouragement and support, and everyone who showed up on both sides including the beautiful families from Colonia Anapra, and @kerrydoyle2010, @kateggreen , @ersela_kripa , @stphn_mllr , @wakawaffles, Chris Gauthier and many others (you know who you are). #raelsanfratello #borderwallasarchitecture

Une publication partagée par Ronald Rael (@rrael) le

«Le mur est devenu un pivot pour les relations américano-mexicaines et les enfants et les adultes ont été liés de manière significative des deux côtés, avec la reconnaissance que les actes commis d’un côté ont des conséquences directes sur l’autre côté», a-t-il écrit, tout en remerciant toutes les personnes qui avaient contribué à rendre leur projet possible.

Leur initiative s’inscrit dans un contexte très tendu aux États-Unis sur l’immigration, notamment sur la meilleure façon de gérer les nombreuses personnes qui arrivent à la frontière sud en quête de nouvelles vies aux États-Unis. Une problématique qui devrait d'autant plus se complexifier depuis que le président américain Donald Trump a reçu le feu vert pour la construction de son mur à la frontière américano-mexicaine. 

À suivre aussi

Le président américain refuse toujours de coopérer
Etats-Unis Destitution de Trump : acte II et début des auditions publiques
Sur les images, très violentes, on voit nettement la prof frapper à plusieurs reprises la jeune fille, la jetant par terre et lui piétinant la tête.
Etats-Unis Une enseignante du Texas poursuivie en justice après avoir tabassé une élève
Faits divers Le rappeur américain Lil Reese dans un état critique après avoir reçu une balle dans la nuque

Ailleurs sur le web

Derniers articles