Jouets pour enfants : une charte signée pour lutter contre les stéréotypes de genre

Trois mois avant les fêtes de Noël, une charte a été signée ce mardi 24 septembre au ministère de l'Economie pour lutter contre les stéréotypes de genre dans le secteur des jouets.

Réalisé avec l’ensemble des acteurs de la filière jouet, les associations, les autorités de contrôle de l’audiovisuel et l’Union des Marques, cet engagement collectif vise à promouvoir la mixité entre filles et garçons dans la création, la distribution mais aussi la promotion des jouets, bien souvent segmentés par genre.

Cette séparation des univers filles/garçons se fait notamment par des pages différentes dans les catalogues, des rayons séparés en magasin, ou encore l'utilisation de codes couleurs, ce qui peut avoir pour effet d'exclure les filles des jouets à dominante scientifique «ou de les cantonner à des univers domestiques, ce qui ne favorise pas leur identification aux études ou aux carrières scientifiques», a relevé le ministère.

«Une petite fille peut avoir envie d'être docteur, et de ne pas avoir l'uniforme ou le déguisement de l'infirmière. Elle n'a peut-être pas envie d'être la princesse, mais d'être le chevalier ou la chevalière et d'aller au combat. Offrons-leur la possibilité d'avoir des univers beaucoup plus riches et pas stigmatisant», a déclaré ce mardi la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, sur RTL.

Que contient la charte ?

Afin que chaque enfant «développe ses aptitudes, éveille sa curiosité et gagne confiance en lui», la charte présente un certain nombre de conditions que devront respecter les fabricants de jouets.

Ces derniers devront notamment promouvoir de manière large les jeux scientifiques avec la création d’un label plus incluant «Sciences, Technologie, Ingénierie, Maths», mais aussi remplacer certaines formulations de la notice et/ou de la description du jouet, en préférant par exemple «pour faire comme les grands» à «pour faire comme maman» dans le cas d’un kit de ménage.

Pour le conditionnement, les visuels devront désormais être neutres ou mixtes, y compris pour les catégories qui étaient traditionnellement sexuées comme la cuisine, le bricolage, ou les jeux de construction.

Les distributeurs quant à eux devront limiter la catégorisation entre jouets filles et jouets garçons dans les magasins, notamment via des codes couleurs ou d’autres indices de cloisonnement, et mettre en valeur les jouets scientifiques en direction des garçons et des filles, tout comme les jeux liés aux travaux ménagers ou aux activités domestiques.

Enfin, la charte dispose également d'un volet «formation des vendeurs» afin qu'à l'avenir ceux-ci soient formés pour se référer d'abord à l'âge de l'enfant, avant de voir s'il est une fille ou un garçon, pour conseiller un jouet.

Cette charte d’engagements s’inscrit dans la lignée du premier axe de travail du Conseil de la mixité et de l’égalité professionnelle dans l’industrie, une première réunion avait permis le 24 juin de faire un état des lieux des avancées déjà réalisées ces dernières années et d'aboutir à des engagements des acteurs afin de lutter contre les stéréotypes, a rappelé le ministère.

À suivre aussi

Société Féminicide à Oberhoffen-sur-Moder : le suspect mis en examen, l'IGGN saisie
Violences sexuelles Marlène Schiappa veut faire expulser les étrangers condamnés pour violences sexuelles
Tâches ménagères : 7 femmes sur 10 disent faire plus que leur conjoint
Sexisme Tâches ménagères : 7 femmes sur 10 disent faire plus que leur conjoint

Ailleurs sur le web

Derniers articles