Tirs près de la mosquée de Bayonne : deux blessés, le tireur présumé interpellé

Deux hommes ont été gravement blessés lundi 28 octobre par des coups de feu tirés devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) par un homme qui tentait d'en incendier la porte et qui a été interpellé un peu plus tard à son domicile dans les Landes, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

«A 15h20, un homme a tenté d'incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l'homme leur a tiré dessus», a indiqué un communiqué de la préfecture qui précise que l'homme, en repartant, a incendié une automobile.

Les deux victimes, gravement blessées par balles, âgées de 74 et 78 ans, ont été évacuées vers le centre hospitalier de Bayonne, a précisé la préfecture.

De source policière, le tireur présumé est un homme de 84 ans, Claude S. Une équipe de déminage se trouve à son domicile, à Saint-Martin de Seignanx, à 16 km de Bayonne, dans le département voisin des Landes.

La police judiciaire a été saisie de l'enquête. Le périmètre de la mosquée a été sécurisé.

CHRISTOPHE CASTANER ET EMMANUEL MACRON RÉAGissent

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a adressé dans la soirée «sa solidarité et son soutien à la communauté musulmane». 

Dans deux tweets, Christophe Castaner a jugé que «les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d'entre nous». «Mes premières pensées vont aux blessés et à leurs proches. Solidarité et soutien à la communauté musulmane dont je mesure le choc et l'effroi», a-t-il ajouté, en saluant «le grand professionnalisme et la réactivité» de la police qui a procédé à l'interpellation du tireur présumé.

Emmanuel Macron s'est à son tour exprimé sur Twitter. Le président de la République a condamné «avec fermeté l'attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne.» «J'adresse mes pensées aux victimes. La République ne tolérera jamais la haine. Tout sera mis en oeuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane. Je m'y engage», a-t-il ajouté. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles