Cognac : un jeune «sataniste» déféré après la profanation d'une centaine de tombes

Le jeune homme, sans emploi et demeurant chez ses parents, a reconnu les faits.[©GEORGES GOBET / AFP]

Un jeune homme de 18 ans a été déféré ce samedi pour la dégradation de tombes dans un cimetière, à Cognac, en Charente. Un geste, a-t-il expliqué aux enquêteurs, inspiré par son «satanisme».

Près d'une centaine de tombes avaient été vandalisées et endommagées, et des symboles chrétiens abîmés - croix, crucifix, anges, renversés ou brisés - mercredi dans un cimetière un peu excentré de Cognac. Le suspect, qui a priori a agi seul, a indiqué avoir sévi deux nuits de suite dans le cimetière, la nuit de lundi à mardi et la suivante.

une expertise psychiatrique

Le jeune homme, sans emploi et demeurant chez ses parents, s'est revendiqué «sataniste», «haïssant la religion», particulièrement catholique, et a expliqué que «des voix lui disaient de faire certaines choses», a-t-on précisé de source judiciaire.

Il a été interpellé vendredi et a reconnu les faits, a précisé le parquet d'Angoulême, confirmant une information de La Charente Libre. Il a été placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de soins, et interdiction notamment de sortir de chez lui, seul, la nuit.

Une expertise pyschiatrique a été ordonnée, afin de déterminer son degré de responsabilité pénale, en vue d'une comparution en février devant le tribunal correctionnel pour «dégradation ou destruction de bien d'autrui à raison de la religion».

L'acte de vandalisme survenu à quelques jours de la Toussaint et au lendemain de l'attaque contre la mosquée de Bayonne, avait ému la population dans la région de Cognac.

À suivre aussi

Police Vidéo : des policiers frappent une personne au sol pendant la manifestation du 5 décembre, une enquête ouverte
Des familles de policiers menacées par des lettres anonymes
Police Des familles de policiers menacées par des lettres anonymes
Concrètement, le MoDem est soupçonné d'avoir utilisé les indemnités d'eurodéputés pour rémunérer des collaborateurs parlementaires qui travaillaient en réalité pour le compte du parti.
Justice Emplois présumés fictifs du MoDem : François Bayrou mis en examen ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles