Rhône-Alpes : 79.500 foyers encore privés d'électricité après les importantes chutes de neige

Les principales difficultés se concentrent dans la Drôme, l'Ardèche, en Isère, dans le Rhône et la Loire.[ATTA KENARE / AFP]

Au total, 79.500 foyers en Rhône-Alpes restaient privés d'électricité samedi en début de soirée après les importantes chutes de neige, indiquait Enedis. Un couple de personnes âgées, touché par le sinistre, a été gravement intoxiqué en Isère après l'allumage d'un groupe électrogène chez lui.

Selon le communiqué du gestionnaire de réseau Enedis, les principales difficultés se concentrent dans la Drôme, l'Ardèche, en Isère, dans le Rhône et la Loire. Samedi matin, 145.000 clients étaient sans courant. Un nombre de foyers impactés considérablement réduit samedi soir. 

Des intoxications au monoxyde de carbone

En Isère, huit personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone après avoir allumé un groupe électrogène pour se chauffer, dont un couple de 82 et 75 ans secouru en urgence absolue dans la nuit à Lieudieu, ont annoncé les pompiers. Leur état de santé samedi n'a pas été communiqué.

Le groupe électrogène était installé dans le logement or un groupe électrogène doit être placé le plus loin possible des habitations, des portes et aérations pour éviter l'infiltration de gaz, selon les secours.

En Ardèche et dans la Drôme, c'est près d'une vingtaine de personnes dont cinq enfants qui ont été prises en charge pour maux de tête et vomissements après avoir été incommodées par le monoxyde de carbone provenant de leur appareil d'appoint.

La neige précoce, qui est tombée en quantité sur ces départements jeudi, est lourde, gorgée d'eau et a endommagé de nombreuses lignes électriques, en en jetant certaines à terre. Enedis a mobilisé ses 2.200 agents pour rétablir le courant mais ils se heurtent à des routes toujours bloquées et un épais brouillard à certains endroits. La situation s'améliore néanmoins d'heure en heure avec «plus de 65% des clients réalimentés en électricité en moins de 48 heures».

Au plus fort de la crise, 330.000 foyers n'avaient plus d'électricité. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles