Jean-Luc Mélenchon veut lancer une cagnotte alimentée par les élus de gauche pour aider les grévistes

Le leader du parti avait déjà appelé à le faire lors d’un rassemblement dans la capitale, le 24 décembre.[Lionel BONAVENTURE / AFP]

Le président du parti La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon et la députée du Val-de-Marne Mathilde Panot ont signé une lettre à l’attention de leurs collègues vendredi 27 décembre, les invitant à alimenter une «caisse de solidarité» pour les salariés manifestant contre la réforme des retraites.

Le leader du parti avait déjà appelé à le faire lors d’un rassemblement dans la capitale, le 24 décembre. La lettre conseille à l'ensemble des «parlementaires d'opposition à l'Assemblée nationale et au Sénat» de «constituer une caisse de solidarité avec les grévistes»

Plusieurs cagnottes mises en place pour soutenir les grévistes 

«La lutte de celles et ceux qui sont mobilisés est exemplaire (...) mais cette grève dans l'intérêt de toutes et tous repose sur les moyens financiers des seuls grévistes qui portent tout le poids des pertes de salaire. Leur vie matérielle et celle de leur famille subit un terrible choc», affirme le communiqué, relayé sur le compte Twitter de Mathilde Panot. «Les grévistes supportent le dur poids de la grève et il est de notre devoir de les soutenir», a ajouté la députée de 30 ans.

Une cagnotte lancée sur le site Leetchi est désormais ouverte aux dons de parlementaires. La lettre propose de «remettre le montant ensemble aux syndicats dès le lundi 6 janvier». Outre l’initiative de LFI, d’autres cagnottes en ligne ont déjà été mises en place. L’une d’entre elles a récolté plus de 1,5 millions d’euros.

Jean-Luc Mélenchon a jugé le plan de la retraite par points «intrinséquement mauvais», ajoutant que «tout le monde y perdra», dans une interview le 24 décembre à France Inter. Le député des Bouches-du-Rhône a avisé le gouvernement de «faire attention» et à «cesser de croire que les gens sont stupides, qu’ils ne sont pas capables de lire, de se renseigner, de se documenter».

De son côté, Matignon a annoncé recevoir les partenaires sociaux le 7 janvier, sur les questions de pénibilité et de gestion de fin de carrière dans le cadre de la réforme.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles