A Nice, un lycéen décède d'une méningite, un protocole enclenché pour éviter la contagion

Photo d'illustration : les proches de la victime ont reçu une vaccination prophylactique PHILIPPE DESMAZES / AFP[Photo d'illustration : les proches de la victime ont reçu une vaccination prophylactique]

Dans la nuit du 7 au 8 janvier dernier, un adolescent de 15 ans est décédé à la suite d'une méningite à méningocoque, à Nice.

C'est le quotidien local Nice-Matin qui rapporte ce décès lié à «une méningite bactériologique foudroyante». Les élèves de la classe de 3e prépa professionnelle du lycée niçois Les Palmiers auraient été très choqués par le décès de leur camarade selon le témoignage d'un enseignant. L'Agence régionale de santé a confirmé au journal qu'aucun autre cas n'a été signalé après celui du collégien.

Antibiotique et vaccination en prévention

Un protocole a été mis en place par l'agence de santé. Toutes les personnes qui ont eu un contact à risque c'est-à-dire un «contact prolongé et rapproché, à moins d'un mètre et plus d'une heure d'affilée dans les dix jours qui ont précédé l'apparition de l'infection invasive à méningocoque» selon le médecin de l'ARS interrogé par Nice-Matin, ont reçu un antibiotique préventif. en plus, les proches ont reçu une «vaccination prophylactique».

Selon les derniers chiffres de Santé publique France, 50 à 60 personnes décéderaient chaque année à cause d'une infection invasive à méningocoques.

Le symptômes de la méningite peuvent se traduire par une fièvre, des maux de tête, une raideur de la nuque, des vomissements, de la gêne à la lumière ou l’apparition de taches sur le corps.

À suivre aussi

Santé Comprendre et savoir expliquer la PMA en 250 mots
Grippe : le vaccin est-il efficace ?
Santé publique Grippe : le vaccin est-il efficace ?
L'exposition des enfants aux écrans est un problème de santé publique selon les professionnels de santé.
Santé publique Les écrans responsables de l'apparition de troubles du langage chez les enfants

Ailleurs sur le web

Derniers articles