Peindre les courses : l'exposition hippique du domaine de Chantilly

La nervosité du cheval, l’agitation d’un hippodrome, la rapidité de la compétition sont autant d’éléments qui ont captivé les peintres. [©RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Philippe Fuzeau]

Le domaine de Chantilly présente Peindre les cour­ses, la première exposition consacrée à la naissance de la peinture des courses hippiques, en France et en Angleterre. Au total, près de 80 œuvres – peintures, dessins, sculptures, photographies et films – illustreront ce thème de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle.

Trois artistes majeurs articulent l’exposition. Les visiteurs découvriront dès leur arrivée les scènes au galop et les portraits de chevaux de George Stubbs, qui a donné au Sporting Art - un genre artistique spécifiquement anglais alors peu considéré - ses premiers grands chefs-d’œuvre.

l_stubbs_george_-_portrait_dassheton_1er_vicomte_curzon_avec_sa_jument_maria.jpg

©RMN-Grand Palais  (musée  du  Louvre)/Gérard  Blot

Mais aussi le peintre français Théodore Géricault et son majestueux Derby de 1821 à Epsom. Saisie dans un «galop volant», cette toile constitue la pierre angulaire de l’exposition. La vingtaine d’œuvres de l’artiste, réunies pour l’exposition, constituent une véritable plongée dans la peinture au tournant des années 1830, entre France et Angleterre.

i_gericault_theodore_-_course_de_chevaux_dit_le_derby_de_1821_a_epsom.jpg

©RMN-Grand Palais (musée  du  Louvre)/Philippe  Fuzeau

Passionné par l’univers équestre et soucieux du monde qui l'entoure, Edgar Degas en a lui aussi fait le sujet de nombreux tableaux, dont sa toile Le défilé, dans laquelle il prend le parti original de représenter autant les chevaux que le public.

a_degas_edgar_-_le_defile.jpg

©RMN-Grand  Palais  (musée  d’Orsay)/Hervé  Lewandowski

Toutes ses oeuvres se répondent dans une scénographie bien pensée, où le jeu de courbes et de lignes droites rend compte de l'élan du cheval au galop et du parcours du champ de courses. Enfin, le parcours s’achève par une pièce blanche où l’image s’anime enfin. C’est le début du cinéma.

g_alfred_dedreux_-_course_de_chevaux_1_0.jpg

©RMN-Grand  Palais  (musée  du  Louvre)/Jean-Gilles  Berizzi

Peindre les courses, jusqu’au 16 octobre, Le Jeu de paume, Domaine de Chantilly (Oise).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles