Les 5 films à voir à la Toussaint

L'acteur Rami Malek prête ses traits à la star Freddie Mercury dans le biopic «Bohemian Rhapsody»[© Twentieth Century Fox France]

A l'automne, les congés restent un moment idéal pour se faire une toile entre copains ou en famille. Du film d'animation au biopic, voici une sélection de longs-métrages à découvrir avant la rentrée.

«First Man - Le premier homme sur la Lune», de Damien Chazelle

Après un numéro de claquettes dans la comédie musicale «La La Land», Ryan Gosling retrouve le cinéaste et se glisse dans la combinaison du premier homme à avoir foulé le sol lunaire, en 1969, lors de la mission Apollo 11. Ce biopic s’attarde sur la psychologie complexe de Neil Armstrong, marié à une femme – remarquable Claire Foy – en quête de normalité, tout en retraçant les huit années qui précèdent l’alunissage et la phrase légendaire «Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité». La sphère privée se confronte à l’Histoire, ce qui fait la particularité de ce film qui délaisse certaines références patriotiques. La caméra immersive permet de suivre au plus près le scientifique dans ses phases d’entraînement ou dans son exploit spatial, via son casque ou le hublot de la navette, donnant lieu à des scènes sans effet numérique et d’un profond réalisme.

«Le grand bain», de Gilles Lellouche

Pour sa première réalisation en solo, Gilles Lellouche s’est entouré de la crème du cinéma avec, entre autres, de Guillaume Canet, Mathieu Amalric, Mélanie Doutey, Philippe Katerine, Leïla Bekhti, Virginie Efira ou encore Benoît Poelvoorde. Tous ont dû affronter l’eau de la piscine pendant des semaines, pour les besoins de ce feel good movie réussi.

Celui-ci relate l’histoire loufoque d’une bande de potes quadras complètement dépressifs, qui trouvent un nouveau sens à leur vie, jusque-là morose, en intégrant une équipe de natation synchronisée masculine. A tel point que ces copains, pourtant peu prédestinés à cette activité qui nécessite grâce et finesse, se lancent le défi insensé de remporter le championnat du monde de la discipline. Une comédie légère et mélancolique qui prouve que les femmes ne sont pas les seules à se rêver en belles sirènes des mers.

«Jean-Christophe & Winnie», de Marc Forster

Cela fait des années que les deux amis se sont perdu de vue. Mais chacun reste dans le cœur de l’autre. Jean-Christophe, interprété par Ewan McGregor, qui aimait enfant se promener dans la Forêt des Rêves bleus, est devenu un adulte et doit faire face à de nombreuses responsabilités dans l’entreprise de valises pour laquelle il travaille. Winnie l’Ourson, quant à lui, se retrouve seul sans ses petits camarades animés. Les deux anciens amis vont se retrouver et s’aventurer de nouveau dans cette Forêt à la recherche des célèbres peluches. Une bande originale sublime, tout comme les effets spéciaux parfaitement maîtrisés.

«Bohemian Rhapsody», de Bryan Singer

Pour le biopic retraçant la vie extraordinaire de Freddie Mercury, l’acteur Rami Malek s’est totalement métamorphosé pour entrer dans la peau du leader du groupe britannique Queen, allant même jusqu’à porter un dentier pour coller au plus près au physique de la star. Le réalisateur Bryan Singer («X Men Apocalypse») revient sur la rencontre des membres du band jusqu’à leur concert mémorable Live Aid au stade Wembley en 1985. Un bel hommage au chanteur à la vie faite d’excès mort le 24 novembre 1991, à l’âge de 45 ans, d’une pneumonie. La veille de sa disparition, il avait annoncé être porteur du VIH. Ce film reste aussi une occasion rêvée de (re)découvrir les plus grands tubes de Queen.

«En liberté», de Pierre Salvadori

Prix SACD à la Quinzaine des Réalisateurs au 71e Festival de Cannes, cette comédie burlesque est portée par le duo Adèle Haenel et Pio Marmai. Jeune inspectrice de police, Yvonne découvre que son mari, lui aussi dans la police et mort au combat, était passé du côté obscur et s’illustrait en tant que ripou, faisant condamner un innocent prénommé Antoine. En proie à la culpabilité, la jeune femme décide de remettre la main sur cet accusé à tort sans lui dire qui elle est réellement. Ce qui donne lieu à une série de quiproquos et à des scènes aussi drôles que touchantes.

Vous aimerez aussi

Cinéma Les 15 films à voir au cinéma en 2019
Cinéma Roman Polanski poursuit l'Académie des Oscars en justice après son exclusion
Avant-première de « Nous finirons ensemble »
Cinéma «Nous finirons ensemble» : l'avant-première du nouveau film de Guillaume Canet

Ailleurs sur le web

Derniers articles