L'équipe de foot était sponsorisée par un site porno

Un nouveau business pour les sites pornos ? [Capture Twitter]

L'équipe de football de l'université de Kent (Grande-Bretagne) a bénéficié d'un sponsor original : un site porno. Le deal n'a pas été du goût de la direction.

 

Tout est parti d'une blague. Pour plaisanter, les joueurs de l'équipe des Rutherford Raiders, de l'université du Kent, avaient imaginé sur les réseaux sociaux se faire sponsoriser par le troisième site porno le plus fréquenté au monde : Pornhub.

Sauf que les responsables de ce site de diffusion de films X ont saisi la balle au bond, proposant à l'équipe des fonds sonnants et trébuchants pour faire connaître leur marque sur les pelouses. Le deal a rapidement été accepté.

 

Floqué Pornhub

Peu après, les joueurs ont pu s'afficher avec des maillots effectivement floqués avec le logo de Pornhub. Mais ce nouveau sponsor n'a pas tardé à déclencher de nombreuses réactions à commencer par celles de la direction.

Sans tarder, cette dernière a qualifié ce sponsor d'inapproprié et a invité l'équipe de foot à renoncer à ce lucratif partenariat, à la grande déception des joueurs, trop heureux d'avoir trouvé une source de financement, les sponsors locaux se révélant particulièrement peu généreux.

 

Injustice ?

L'équipe n'entend pas en rester là et ne manque pas d'arguments. Elle rappelle notamment qu'une équipe de rugby locale avait porté sans problème un maillot d'entraînement avec cette mention : "80 minutes, 15 positions, pas de protection : tu nous rejoins ?".

Ce n'est pas la première fois que Pornhub met en oeuvre des méthodes originales pour faire parler de lui. Et si les opérations n'ont jamais été très pérennes, elles ont toujours permis de générer du buzz.

 

Et en France ?

En France, le géant national du X Marc Dorcel a déjà eu l'occasion de faire du sponsoring sportif. La moto n°... 69 d'Hugo Payen a en effet été habillée aux couleurs du leader tricolore du porno. La star du X Anna Polina s'était associée aux opérations de marketing.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles