La semaine de Philippe Labro : Increvable Ruquier, vacillant Cahuzac

Philippe Labro, écrivain, journaliste, cinéaste Philippe Labro, écrivain, journaliste, cinéaste[THOMAS VOLAIRE / DIRECT8]

Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Chaque vendredi, pour Direct Matin, il commente ce qu'il a vu, vécu et observé pendant la semaine. Un bloc-notes subjectif et libre.

 

JEUDI 14 MARS

Enregistrement de «ONPC» – en d’autres termes, On n’est pas couché –, qui sera diffusé deux jours plus tard, samedi soir, sur France 2. Laurent Ruquier est un «pro». Il possède le sens de la réplique et une notion du spectacle additionnés au goût de l’information. C’est un type infatigable qui a travaillé les livres et les dossiers. Il est rodé à cet exercice qui dure de 20h à… 1h du matin ! C’est long, cela ressemble presque à du direct (on coupe fort peu au montage). Je me retrouve face à Michèle Laroque, qui a la vertu de sourire comme si c’était la première fois qu’elle s’exprime – Patrick Sébastien, qui manie le verbe et la gouaille – Chesnot et Malbrunot, deux confrères, auteurs d’un passionnant livre Qatar, les secrets du coffre-fort (éd. Michel Lafon). On m’assied à côté du duo qu’on identifie souvent comme des «snipers» qui tireraient sur tout ce qui bouge, Natacha Polony et Aymeric Caron. Eh bien, agréable surprise, ni l’une ni l’autre n’ont, ce soir-là, armé leur arc de flèches au curare. On dirait qu’ils ont décidé d’être courtois, indulgents, et leurs questions permettent à l’écrivain-invité d’expliquer son livre, son thème, son récit, sans avoir à se battre. C’est plutôt, pour qui vient parler de son dernier ouvrage, une sensation réconfortante. Le public réagit à chaque saillie de Ruquier. L’ambiance est attentive ou bruyante. C’est une belle mécanique (produite par Catherine Barma) à laquelle j’assiste, tout en y participant. Et puis, il y a François Bayrou qui vient dire ce que nous savons déjà : il serait grandement temps de ne plus dissimuler La vérité en politique (titre de son livre). En l’écoutant et le regardant, on se demande si Bayrou peut, un jour, revenir sur le devant de la scène. En politique, sait-on jamais

SAMEDI 16 MARS 

Il est 22h, en gare de Grigny-Centre. Vingt à trente «jeunes» aux visages masqués, attaquent une rame du RER D pour dévaliser des passagers stupéfaits et apeurés. L’événement ne sera connu que quelques jours plus tard. Et un peu diminué, comme s’il ne fallait pas trop en parler, trop installer la crainte sur les réseaux de transports d’Ile-de-France. C’est tout de même inhabituel et sérieusement alarmant. Ils ont utilisé du gaz lacrymogène – en toute impunité. Je pose une question : ce genre d’attaque, cette organisation de délinquance, et l’impuissance qui s’en suit, est-ce que cela a lieu dans d’autres pays européens ? Sommes-nous les seuls à connaître cet ensauvagement ?

MARDI 19 MARS

La nouvelle tombe – elle était plus ou moins attendue : Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, présente sa démission au président François Hollande qui met fin à ses fonctions. Cela faisait plus d’un trimestre que, depuis les révélations de Mediapart, le sort d’un des ministres apparemment les plus craints et respectés du monde politique, était fragile, menacé, vacillant. Cette affaire est horriblement déplaisante. Elle ne peut réjouir la droite, ni la gauche, ni, surtout, l’opinion publique. Elle nuit à l’image de la France. Il reste à Cahuzac à tenter de se consacrer à sa défense, et à la justice d’aller au bout de l’information judiciaire contre X pour l’hypothèse d’un compte en Suisse et de «blanchiment de fraude fiscale». Il reste aussi à poser une question que, curieusement, je n’ai encore lue nulle part : est-ce que, avant de le nommer à un poste aussi crucial, il n’aurait pas fallu se renseigner un peu plus, et un peu mieux, sur le parcours de Cahuzac ? Le principe de vérification est synonyme du principe de précaution. Attendons les conclusions avant d’émettre tout jugement – Cahuzac a droit à la présomption d’innocence. L’opinion a droit à la vérité.

 

Vidéo : Philippe Labro sur le plateau d'ONPC

 

Retrouvez tous les éditoriaux de Philippe Labro

 

Vous aimerez aussi

Politique Henri Guaino deviendra chroniqueur sur Sud Radio à la rentrée
Face à l'Espagne, les Bleus ont pu mesurer l'écart qui les sépare d'une nation majeure.
chronique Un bilan bleu très mitigé, par Pierre Ménès
Boris Johnson met ainsi fin à un contrat lui rapportant près de 300.000 euros par an.
Boris Johnson Boris Johnson renonce à sa lucrative chronique dans le Telegraph

Ailleurs sur le web

Derniers articles