Chevaline : chercher des explications en Grande-Bretagne

Le procureur de la République d'Annecy chargé de l'enquête sur la tuerie de Chevaline (Alpes françaises) était attendu jeudi à la mi-journée dans le Surrey, au Royaume-Uni, où vivait la famille al-Hilli frappée par le drame et qui pourrait receler les clefs de la mystérieuse fusillade. [AFP] Le procureur de la République d'Annecy chargé de l'enquête sur la tuerie de Chevaline (Alpes françaises) était attendu jeudi à la mi-journée dans le Surrey, au Royaume-Uni, où vivait la famille al-Hilli frappée par le drame et qui pourrait receler les clefs de la mystérieuse fusillade. [AFP]

Le procureur de la République d'Annecy et l'un des juges chargés de l'enquête sur la tuerie de Chevaline sont arrivés jeudi midi à Woking, dans le Surrey ou résidait la famille al-Hilli victime de la fusillade, pour faire un point sur les investigations.

"Notre présence ici ne signifie pas qu'il y a des problèmes entre les deux juridictions anglaise et française. Mais au contraire, nous souhaitons renforcer la coopération et nous comprendre le mieux possible dans l'espoir de parvenir le plus vite possible à la résolution de ces meurtres horribles", a déclaré le procureur, Eric Maillaud aux journalistes, avant de pénétrer dans le poste de police de Woking.

"Nous sommes parfaitement conscients qu'Annecy n'est que le lieu fortuit de ce drame et que vraisemblablement, l'origine, les causes et les explications sont ici chez vous", a-t-il répété.

"Ce ne peut donc être qu'ensemble que nous réussirons à trouver les meurtriers et les traduire en justice et je souhaite d'ores et déjà remercier les autorités policières et judiciaires britanniques pour toute l'assistance qu'elles nous ont apportée là-bas comme ici", a conclu le magistrat accompagné dans sa visite de 24 heures par l'un des deux juges d'instructions chargés de l'affaire, Michel Mollin.

 

Une complexité a surmonter

Rob Price, assistant chief constable de la police du Surrey (adjoint du chef de la police du Surrey), a pour sa part souligné "les complexités et les défis à surmonter" du fait des deux juridictions différentes.

"Nous avons surmonté ces défis et sommes déterminés à surmonter ceux qui se présenteront", a-t-il ajouté.

Les deux hommes ont ensuite gagné le poste de police pour diverses réunions.

Saad al-Hilli, 50 ans, sa femme Iqbal, 47 ans, et sa belle mère 74 ans, de nationalité suédoise, ont été tués par balles à Chevaline, dans les Alpes françaises, le 5 septembre, de même qu'un cycliste français, apparemment victime collatérale. Les deux fillettes du couple âgées de 4 et 7 ans ont survécu à la fusillade, mais la plus âgée est toujours hospitalisée à Grenoble dans un état grave.

Vous aimerez aussi

Fait divers Paris : un prostitué travesti assassiné au bois de Boulogne
Justice Les femmes qui ont tué le frère de Kim Jong-un «entraînées comme dans James Bond»
Disparition Grenoble : une marche blanche après le meurtre d'Adrien

Ailleurs sur le web

Derniers articles