Combats "sans précédent" dans la ville d'Alep

Des chars de l'armée syrienne dans Alep, le 27 septembre 2012 [ / AFP] Des chars de l'armée syrienne dans Alep, le 27 septembre 2012 [ / AFP]

Des combats d'une ampleur "sans précédent" et "sur plusieurs fronts" secouaient vendredi Alep, deuxième ville de Syrie où les rebelles avaient annoncé la veille une bataille "décisive", rapportent des habitants et une ONG.

Une fumée blanche, causée par les bombardements et les affrontements, recouvrait cette métropole du nord du pays, a constaté le correspondant de l'AFP. Voir la vidéo.

"Les combats sont sans précédent et ne se sont pas arrêtés depuis jeudi. Avant, les affrontements se déroulaient dans une ou deux rues d'un secteur, maintenant c'est sur plusieurs fronts", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans des quartiers du centre-ville contrôlés par le régime et jusqu'à présent épargnés par les violences, comme Souleimaniyé et Sayyed Ali, les habitants ont également rapporté à l'AFP des tirs "sans précédent".

"Les affrontements et les tirs ne se sont pas arrêtés, tout le monde était terrorisé. Je n'ai jamais entendu quelque chose comme ça avant", a affirmé Ziad, 30 ans, qui réside et travaille à Souleimaniyé.

Selon l'OSDH et des habitants, ces quartiers ont été la cible de tirs au mortier d'une intensité inédite de la part des rebelles.

"C'est la première fois que je vois ça à Sayyed Ali. D'habitude, on entend deux ou trois tirs, mais cette nuit, c'était sans précédent", indique un résident sous couvert de l'anonymat.

Par ailleurs, les quartiers tenus par les rebelles notamment dans l'est étaient bombardés de manière incessante depuis jeudi par l'armée régulière, a constaté le correspondant de l'AFP.

Les bombardements sont suivis de tirs d'armes automatiques presque sans interruption dans ces zones, a constaté en matinée le journaliste.

Par ailleurs, à Damas, l'AFP fait état d'une offensive de l'armée syrienne dans plusieurs quartiers de Damas.

Vous aimerez aussi

Syrie : «l'homme en jaune» fait partie du patrimoine d'Alep
Insolite Syrie : «l'homme en jaune» fait partie du patrimoine d'Alep
La grille d'entrée de l'hôtel Baron à Alep, le 12 février 2019 [LOUAI BESHARA / AFP]
Syrie A Alep, le sort incertain du légendaire hôtel Baron
Terrorisme Syrie : un orphelin de jihadistes français retenu sur place

Ailleurs sur le web

Derniers articles