Syrie : Londres a des preuves "physiologiques" de l'utilisation de gaz sarin

Des rebelles syriens lors d'affrontements avec l'armée à Alep, le 23 mars 2013 [Bulent Kilic / AFP/Archives] Des rebelles syriens lors d'affrontements avec l'armée à Alep, le 23 mars 2013 [Bulent Kilic / AFP/Archives]

Le Royaume-Uni a des preuves "physiologiques" de l'utilisation du gaz sarin en Syrie "très probablement" par le régime de Bachar al-Assad, a annoncé mercredi un porte-parole du gouvernement britannique.

"Nous avons obtenu des échantillons physiologiques de Syrie qui ont été testés" en Angleterre, et "les substances obtenues en Syrie ont révélé la présence de gaz sarin", a déclaré ce porte-parole.

"Selon nos estimations, l'utilisation d'armes chimiques en Syrie est très probablement du fait du régime" de Damas, a-t-il poursuivi, ajoutant que le Royaume-Uni n'avait pas "à ce jour de preuve de l'utilisation par l'opposition" syrienne d'armes chimiques.

"Il y a une masse croissante d'informations, limitées mais convaincantes, prouvant que le régime a utilisé - et continue d'utiliser - des armes chimiques, notamment du gaz sarin", a encore dit ce porte-parole.

"L'utilisation d'armes chimiques est un crime de guerre", a-t-il souligné, rappelant que Londres demandait au président Assad d'accorder "aux enquêteurs de l'ONU, un accès immédiat et sans restriction" au territoire syrien.

Ces déclarations interviennent alors que la France a accusé mardi le régime syrien d'avoir utilisé à au moins une reprise du gaz sarin en Syrie, assurant que "toutes les options" étaient désormais "sur la table" pour la communauté internationale.

Vous aimerez aussi

attaque au couteau Le tueur de Melbourne voulait rejoindre l'Etat islamique en Syrie
Conflit Syrie : 22 rebelles tués dans un assaut du régime près de la province d'Idleb
raid aérien Syrie : 14 civils tués dans des frappes de la coalition anti-Daesh dans l'est

Ailleurs sur le web

Derniers articles