Mali : poursuite des tractations sur Kidal et la présidentielle

Le président burkinabè Blaise Compaoré (D) et Alghabass Ag Intalla, le chef d'Ansar Dine le 8 juin 2013 à Ouagadougou [Ahmed Ouoba / AFP] Le président burkinabè Blaise Compaoré (D) et Alghabass Ag Intalla, le chef d'Ansar Dine le 8 juin 2013 à Ouagadougou [Ahmed Ouoba / AFP]

Les tractations entre le pouvoir malien, les rebelles touareg occupant Kidal, dans le nord-est du Mali, et la médiation burkinabè se poursuivaient dimanche pour parvenir à un accord en vue de la présidentielle en juillet, a-t-on appris de sources concordantes.

Les délégations présentes à Ouagadougou planchent sur un projet d'"accord intérimaire pour le règlement de la crise malienne" que leur a remis le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur pour l'Afrique de l'Ouest, après avoir lancé les discussions samedi.

Le médiateur, qui espère qu'un accord sera conclu lundi, "attend que chaque partie lui fasse ses contre-propositions dans la journée" de dimanche, a-t-on appris auprès des délégations.

"Il y a une volonté de trouver une solution", "pour le moment il n'y a pas de blocage", a déclaré à l'AFP Mossa Ag Assarid, un membre de la délégation du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), principal groupe rebelle touareg.

La délégation des autorités maliennes, conduite par l'ancien ministre Tiébilé Dramé, se montrait également optimiste, après avoir notamment rencontré les représentants de l'autre organisation touareg, le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA).

Des chefs touaregs le  8 juin 2013 à Ouagadougou [Ahmed Ouoba / AFP]
Photo
ci-dessus
Des chefs touaregs le 8 juin 2013 à Ouagadougou
 

Cependant aucun dialogue direct entre les émissaires de Bamako et ceux du MNLA n'a eu lieu pour l'instant. Le chef de la diplomatie burkinabè Djibrill Bassolé multiplie de son côté les allers-retours entre les parties.

L'enjeu des discussions est de permettre que se tienne aussi à Kidal la présidentielle prévue le 28 juillet dans tout le Mali.

Le MNLA et le HCUA ont jusque-là refusé la présence de l'armée et de l'administration maliennes dans la ville, exigeant la sécurisation du scrutin par la future force onusienne, la Minusma, attendue en juillet au Mali et qui absorbera la force panafricaine (Misma) déjà sur place.

Les mouvements touareg armés se sont installés fin janvier à Kidal, berceau de cette minorité ethnique, à la faveur de l'intervention militaire française contre les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, qui occupaient tout le Nord malien depuis 2012 et auxquels les rebelles avaient été un temps alliés.

Vous aimerez aussi

Sébastien Chadaud-Pétronin pose près d'une photo de sa mère, la Française Sophie Pétronin, otage au Mali depuis plus de 20 mois, le 29 août 2018 à Bordeaux [MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives]
Mali Dans une vidéo, l'otage Sophie Pétronin en appelle à Emmanuel Macron
Le fils de Sophie Pétronin va aller voir sa mère
otage Le fils de Sophie Pétronin va se rendre au Mali
Mali Bavure française au Mali lors d'une opération anti-jihadiste

Ailleurs sur le web

Derniers articles