Syrie: l'armée tente d'écraser les rebelles près de Damas

Soldats de l'armée syrienne dans la banlieue de Damas, le 20 juillet 2012 [Louai Beshara / AFP/Archives] Soldats de l'armée syrienne dans la banlieue de Damas, le 20 juillet 2012 [Louai Beshara / AFP/Archives]

L'armée syrienne tente mardi d'écraser les bastions rebelles autour de Damas, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) faisant état combats dans plusieurs secteurs.

"Les troupes gouvernementales combattent les rebelles à Zamalka, et Mleiha, à l'est de Damas, maintiennent le siège de Douma (nord-est) et pilonnent Daraya et Moadamyat al-Cham, au sud-ouest de la capitale", a précisé cette ONG basée en Grande-Bretagne, ajoutant que des affrontements opposaient également rebelles et soldats dans la région de Qadam, au sud-ouest de Damas.

Damas est entouré de zones chaudes, de Daraya (sud-ouest) à Douma (nord-est).

"Le régime tente de remporter des victoires autour de Damas pour rendre la confiance à ses partisans", a dit à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Mais la Ghouta orientale, qui borde l'est de la capitale, "est très différente de Qousseir", ancien bastion rebelle tombé le 5 juin aux mains du régime après trois semaines de combats, relève-t-il.

Le militant Ahmad al-Khatib, basé à Damas, décrit la région de la Ghouta orientale comme étant "le talon d'Achille" de la zone. "Le régime pilonne les régions avant de donner l'assaut car son infanterie est faible", explique M. Khatib, membre de la Commission générale de la Révolution syrienne (CGRS).

Hezbollah

Photo de l'agence de presse syrienne officielle Sana montrant un hôtel détruit de Damas, le 30 avril 2013 [- / SANA/Sana/AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Photo de l'agence de presse syrienne officielle Sana montrant un hôtel détruit de Damas, le 30 avril 2013

"Les combats sont féroces, mais personne n'en sort vainqueur pour le moment. Le siège imposé par l'armée rend la situation difficile, cependant la position des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) dans la Ghouta orientale est beaucoup plus solide qu'elle ne l'était à Qousseir", explique de son côté un autre militant, Abou Nadim, basé à Douma.

Mais la situation humanitaire dans les régions rebelles se dégrade. "Il n'y a pas de médicaments, les produits alimentaires sont rares. Nous nous nourrissons de pain sec", affirme-t-il à l'AFP via internet.

Par ailleurs, à Sayeda Zeinab, haut-lieu chiite religieux dans le sud-est de Damas, les combats font rage entre rebelles d'un côté et forces gouvernementales et combattants chiites libanais du Hezbollah de l'autre, selon l'OSDH qui s'appuie sur un large réseau de militants et médecins à travers la Syrie.

Le Hezbollah combat en Syrie aux côtés de l'armée régulière dans plusieurs régions, notamment au sud-est de Damas, dans la province centrale de Homs, et à Alep dans le nord, souligne M. Abdel Rahmane.

À suivre aussi

International Le principal soutien des Casques blancs, les secouristes oeuvrant en Syrie, retrouvé mort à Istanbul
Télévision Chronique glaçante à voir sur Arte, «Djihadistes de père en fils» suit des enfants poussés à devenir «des soldats de l'armée de Dieu»
Enquête Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour «complicité de crimes contre l'humanité»

Ailleurs sur le web

Derniers articles