Nagasaki marque le 69e anniversaire de la bombe atomique

Lâcher de colombes autour de la Statue de la paix durant une cérémonie marquant le 69ème anniversaire de la bombe atomique sur Nagasaki, le 9 août 1945 [Jiji Press / JIJI PRESS/AFP] Lâcher de colombes autour de la Statue de la paix durant une cérémonie marquant le 69ème anniversaire de la bombe atomique sur Nagasaki, le 9 août 1945 [Jiji Press / JIJI PRESS/AFP]

Des dizaines de milliers de personnes, dont des survivants, se sont rassemblées samedi matin à Nagasaki pour marquer le 69e anniversaire de la bombe atomique qui, trois jours après celle d'Hiroshima, allait tuer 70.000 personnes dans cette ville.

Les cloches ont retenti pour marquer le début de la minute de silence à 11h02 locales (02h02 GMT), l'heure à laquelle la bombe, le 9 août 1945, transformait la ville en une boule de feu.

La cérémonie, qui s'est tenue en dépit des vents violents provoqués par l'approche d'un typhon, a eu lieu non loin de l'endroit où un avion américain avait lancé la bombe au plutonium surnommée "Fat Man". Six jours plus tard, le Japon capitulait, mettant fin à la Seconde guerre mondiale.

Devant un partère rassemblant notamment des survivants âgés et leurs familles, des responsables gouvernementaux, le Premier ministre Shinzo Abe et l'ambassadeur américain au Japon, Caroline Kennedy, le maire de la ville a appelé le gouvernement japonais à renoncer à son projet d'abandonner la doctrine pacifiste suivie par le Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

"Le serment de la Constitution par lequel le Japon renonce à la guerre est le principe fondateur du Japon d'après-guerre et de Nagasaki", a déclaré Tomihisa Taue, déplorant que le récent débat sur le droit à l'auto-défense collective fasse "craindre que ce principe est en danger".

Le gouvernement a décidé le mois dernier de permettre à l'armée japonaise, jusque-là au rôle purement défensif, d'aller se battre pour défendre des alliés.

La bombe de Nagasaki et celle d'Hiroshima sont les deux seules bombes nucléaires à avoir été utilisées en temps de guerre.

140.000 personnes trouvèrent la mort à Hiroshima et plus de 70.000 à Nagasaki soit immédiatement, soit du fait de l'exposition aux radiations, entre le moment du largage des bombes et le mois de décembre suivant.

Les Etats-Unis ne se sont jamais excusés pour les avoir utilisées, et aucun président américain en exercice ne s'est d'ailleurs rendu dans les deux villes martyres japonaises. Des cables diplomatiques qui ont fait l'objet de fuites laissent toutefois entendre que Washington aurait proposé en 2009 une visite à Hiroshima du président Barack Obama, qui aurait alors présenté des excuses officielles, et que cette visite a été refusée par le Japon.

Vous aimerez aussi

Carlos Ghosn pendant un programme d'informations diffusé sur un écran à Tokyo le 20 novembre 2018 [Toshifumi KITAMURA / AFP/Archives]
Japon Carlos Ghosn mis en examen pour dissimulation de revenus
Japon 2 avions de l'armée américaine se percutent, 6 disparus
Le PDG de Renault Carlos Ghosn le 20 octobre 2016 lors d'une conférence de presse à Tokyo, au Japon [TOSHIFUMI KITAMURA / AFP/Archives]
Japon La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée jusqu'au 10 décembre

Ailleurs sur le web

Derniers articles