Nucléaire: l'Iran refuse à l'AIEA une visite du site de Parchin

Le drapeau iranien flotte devant le siège de l'ONU et de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, le 3 juillet 2014 [Joe Klamar / AFP/Archives] Le drapeau iranien flotte devant le siège de l'ONU et de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne, le 3 juillet 2014 [Joe Klamar / AFP/Archives]

L'Iran refuse une visite des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) au site militaire de Parchin, près de Téhéran, a déclaré samedi le ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehgan, cité par l'agence Isna.

"L'agence a mené plusieurs visites à Parchin, a pris des échantillons mais n'a rien trouvé d'illégal (...) Par conséquent, il n'y a aucune raison pour un nouvel accès à Parchin, car rien de nouveau ne s'y est produit depuis les dernières inspections" en 2005, a déclaré M. Dehgan.

L'AIEA a demandé à de nombreuses reprises une visite à Parchin, soupçonné d'avoir abrité des tests d'explosions conventionnelles susceptibles d'être appliquées au nucléaire, ce que Téhéran dément.

L'AIEA avait accusé, images satellitaires à l'appui, Téhéran d'avoir fait disparaître des traces compromettantes à Parchin.

En juin, le chef de l'AIEA Yukiya Amano a réclamé à nouveau que l'AIEA puisse accéder au site militaire de Parchin, à une trentaine de kilomètres de Téhéran.

M. Dehgan a affirmé que l'AIEA "prenait malheureusement ses informations des ennemis et des monafeghins (Moudjahidines du peuple, principal groupe d'opposition armé basé à l'étranger, ndlr) qui se sont toujours avérées fausses".

Il a également ajouté que l'Iran refusait de "livrer à l'AIEA des informations concernant ses savants travaillant dans l'industrie de la défense".

M. Amano a fait dimanche dernier une visite d'une journée à Téhéran, y rencontrant notamment le président Hassan Rohani.

L'Iran et l'AIEA ont conclu un accord en mai comprenant cinq mesures à prendre d'ici au 25 août, pour clarifier la nature des recherches réalisées par Téhéran dans le cadre de son programme nucléaire.

Vous aimerez aussi

Maedeh Hojabri, la jeune fille arrêtée par la police, a reçu de nombreux soutiens endiablés.
censure Iran : des vidéos de danse sur Instagram en soutien à une adolescente arrêtée
Le groupe français CMA-CGM, numéro 3 mondial du transport maritime par conteneur, a décidé de se retirer d'Iran en raison des sanctions américaines [BORIS HORVAT / AFP/Archives]
Transport L'armateur CMA-CGM a décidé de mettre fin à sa desserte de l'Iran
Des policiers et des militaires belges devant le palais de justice de Bruxelles le 20 novembre 2015 [NICOLAS LAMBERT / BELGA/AFP/Archives]
Terrorisme Projet d'attentat contre des opposants iraniens : ce que l'on sait

Ailleurs sur le web

Derniers articles