Glissements de terrain à Hiroshima : bilan provisoire de 60 morts

Un sauveteur recherche des personnes disparues dans des glissements de terrain à Hiroshima (Japon) le 26 août 2014 [Jiji Press / JIJI PRESS/AFP] Un sauveteur recherche des personnes disparues dans des glissements de terrain à Hiroshima (Japon) le 26 août 2014 [Jiji Press / JIJI PRESS/AFP]

Les glissements de terrain survenus il y a près d'une semaine à Hiroshima ont fait au moins 60 morts, le plus souvent par étouffement, et 26 personnes sont toujours portées disparues, selon le nouveau bilan provisoire et les analyses des forces de l'ordre.

 

Un précédent décompte datant de lundi soir faisait état de 58 victimes et 28 personnes dont on était sans nouvelles.

Selon la police, plus de 60% des victimes sont mortes étouffées, surprises dans leur sommeil par l'arrivée de boue qui a enseveli de nombreuses maisons.

Les autres victimes ont généralement succombé à des lésions cérébrales ou à un traumatisme crânien.

Quelque 50 éboulements de pierres et chutes de terre détrempée s'étaient produits à partir de 03H00 du matin mercredi dernier, selon les repérages aériens effectués par l'Autorité japonaise de l'information géospatiale.

Environ 3.400 professionnels (pompiers, policiers, soldats, experts des désastres), aidés de bénévoles, restaient mobilisés ce mardi mais, près d'une semaine plus tard, les chances de retrouver des survivants sont considérées comme quasi nulles.

Vingt-six personnes, dont la liste nominative a été rendue publique lundi, manquent toujours à l'appel. Une partie d'entre elles pourraient toutefois figurer parmi les 12 morts retrouvés qui n'ont pas encore été identifiés.

Les opérations de secours ont dû être ponctuellement suspendues à maintes reprises, de craintes que les pluies incessantes n'entraînent de nouvelles coulées de boues.

Le Premier ministre Shinzo Abe s'était rendu lundi sur les lieux de la catastrophe, l'une des plus meurtrières de ces dernières années dans l'archipel, promettant l'aide du gouvernement pour reconstruire les infrastructures dévastées et reloger les sinistrés.

Plus de 1.600 résidents des arrondissements d'Asaminami et d'Asakita, les plus touchés, sont toujours hébergés dans 13 refuges (gymnases, écoles, etc.).

Des ordres d'évacuation concernaient par ailleurs plus de 4.600 personnes.

Vous aimerez aussi

Carlos Ghosn pendant un programme d'informations diffusé sur un écran à Tokyo le 20 novembre 2018 [Toshifumi KITAMURA / AFP/Archives]
Japon Carlos Ghosn mis en examen pour dissimulation de revenus
Japon 2 avions de l'armée américaine se percutent, 6 disparus
Le PDG de Renault Carlos Ghosn le 20 octobre 2016 lors d'une conférence de presse à Tokyo, au Japon [TOSHIFUMI KITAMURA / AFP/Archives]
Japon La garde à vue de Carlos Ghosn prolongée jusqu'au 10 décembre

Ailleurs sur le web

Derniers articles