Un ex-agent de la DGSE chez Al-Qaida ?

Des combattants de la branche syrienne d'Al-Qaida, le Front al-Nosra, au sud de Damas, le 28 juillet 2014. [Rami al-Sayed / AFP/Archives]

Selon un article publié le 5 octobre sur le site américain McClathy, un ancien agent des services français (des forces spéciales et de la DGSE, le service de renseignement extérieur de la France) aurait rejoint le groupe terroriste Al-Qaida.

 

Cet ex-agent français, dont l'identité n'a pas été révélée, aurait été pris pour cible par des frappes de missiles de croisière américains le mois dernier en Syrie.

L'agent français aurait survécu à l'attaque aérienne en Syrie de 47 missiles visant huit lieux occupés par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaida.

D'après le site McClathy, quatre agents européens des renseignements auraient confirmé l'existence de l'agent.

 

"Un expert en explosif"

Selon des sources rebelles, l'agent serait un "expert en explosif qui aurait déjà combattu aux côtés d'Al-Qaida en Afghanistan et en Syrie ".

Un agent européen des renseignements aurait décrit l'homme, actuellement "toujours vivant et nuisible", comme un agent "hautement entraîné par le service des renseignements occidentaux".

 

Très dangereux

Un autre agent, qui connaîtrait le parcours de l'homme, aurait déclaré : "Nous ne savons pas si c'était un faux-agent ou bien s'il s'est radicalisé après être entré dans le service des renseignements."

Selon McClathy, "l'homme [ferait] partie des plus dangereux membres d'Al-Qaida" en raison de "sa formation occidentale aux renseignements et de son dévouement au djihadisme."

 

"Des informations farfelues"

Une source au sein du ministère français de la Défense aurait démenti les informations du site McClathy au journal Le Monde, ce lundi matin : "Ce Français existe mais ce n'est ni un ancien des services secrets ni même un ancien militaire ; à notre connaissance, il se serait juste entraîné physiquement avec d'anciens membres de l''armée française."

D'autres sources de la communauté du renseignement ont qualifié les informations du site américain de "farfelues".

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles