Tsunami : 10 ans après, ils retrouvent leurs deux enfants vivants

La famille Rangkuti, réunie au grand complet, après dix ans de séparation suite au passage du tsunami, le 26 décembre 2004. [AFP]

En 2004, lors du tsunami qui a dévasté l'Indonésie, Jamilah et Septi ont perdu leurs deux enfants, alors âgés de 4 et 7 ans. Dix ans après, la famille est de nouveau au grand complet.  

 

Ce sont des larmes de joie qui coulent sur le visage de Jamaliah, à la télévision indonésienne en août 2014. Il y a dix ans, le 26 décembre 2004, ses deux enfants, Raudhatul Jannah, alors âgée de 4 ans et son frère Arif Pratama, 7 ans, ont été emportés par le tsunami. La catastrophe, qui a fait plus de 250 000 victimes dans l’Océan Indien, a particulièrement touché l’Indonésie et la province d’Aceh où résidait la famille.

Dix ans après, un véritable miracle se produit. Après avoir tout perdu, les parents de la famille Rangkuti se sont installés à plus de mille kilomètres de leur village natal, au milieu de l’île de Sumatra.

C’est le frère de Jamaliah qui, de passage non loin de leur ancien village dévasté par les eaux, croise sur la route de l’école sa nièce, disparue depuis dix ans. La reconnaissance fut immédiate, tout comme pour ses parents lors des retrouvailles. "C’était ma fille, avec la même attitude, la même façon de tenir assise. Quand on s’est retrouvé, j’ai immédiatement su que c’était elle" confie son père, Septi.

 

 

La famille réunie au grand complet

Suite aux retrouvailles avec leur fille, éduquée par une mère adoptive durant ces dix années, la famille Rangkuti, submergée par une vague d’espoir, diffusa à la télévision locale la photo de leur fils Arif. Reconnu à la télévision par celui qui a accueilli le garçon pendant un certain temps, l'adolescent a pu lui aussi rejoindre les siens.

Réunie au grand complet pour la première fois à la mi-août, la famille a dû réapprendre à vivre ensemble. Séparés pendant dix ans, ces quatre mois passés ensemble depuis leurs retrouvailles n’ont pas été évidents. Cependant, la mère de famille est optimiste quant à l’adaptation de ses enfants à cette nouvelle vie : "La première fois que je l'ai vue, elle était traumatisée, effrayée. C'est comme si elle n'avait plus goût à la vie. Mais depuis ça va mieux, elle a repris confiance en elle", a-t-elle confié au micro de France Info. 

Depuis, les parents aident d’autres familles touchées par des disparitions à retrouver leurs enfants. "Je suis persuadée que de nombreux enfants du tsunami sont vivants mais que l'on ne sait tout simplement pas où ils se trouvent." explique la mère, résolue à aider d'autres familles. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles