Royaume-Uni : une nouvelle théorie sur Stonehenge

Le site préhistorique de Stonehenge, dans le sud de l'Angleterre [AFP]

Le site préhistorique de Stonehenge, au sud de l'Angleterre, pourrait être une ancienne Mecque.

 

Temple druidique, calendrier astronomique, lieu de fêtes… La signification du site mystérieux de Stonehenge reste depuis des années une source de débats historico-scientifiques. Selon une nouvelle théorie, le monument préhistorique aurait finalement été "une ancienne Mecque sur pilotis". Les mégalithes auraient en effet servi à soutenir une plate-forme circulaire en bois sur laquelle étaient organisées des cérémonies religieuses.

Critique d'art et ancien directeur de grands musées britanniques, Julian Spalding estime que cette plate-forme, aujourd'hui disparue, formait "un grand autel" vers le ciel. Des centaines de fidèles pouvaient alors y monter. Une hypothèse influencée par les nombreuses civilisations antiques, en Chine oui au Pérou, dont les monuments sacrés s'élevaient toujours vers les cieux.

"C'est une théorie totalement différente qui n'a jamais été mise en avant jusqu'ici", a déclaré Spalding au Guardian. "Toutes les interprétations à ce jour pourraient être mauvaises. Nous avons regardé Stonehenge sous le mauvais angle, celui de la terre, ce qui est très un point de vue du 20e siècle. Nous n'avons pas réfléchi à ce qu'ils avaient en tête."

Etayé dans un livre qui sort ce lundi, "Realisation, the origins of art", le point de vue de Julian Spalding n'a toutefois pas été approuvé par les spécialistes de l'archéologie. 

Site historique le plus important du Royaume-Uni, Stonehenge a été construit entre 3000 et 2000 avant JC. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, il attire près d'un million de visiteurs par an.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles