Assad : la Syrie n'est pas le terreau de Daesh

Photo fournie par la page facebook officielle de la présidence syrienne montrant le président Bachar el-Assad parlant avec la presse le 14 novembre 2015 après une rencontre avec des parlementaires français à Damas [HO / SYRIAN PRESIDENCY FACEBOOK PAGE/AFP] Photo fournie par la page facebook officielle de la présidence syrienne montrant le président Bachar el-Assad parlant avec la presse le 14 novembre 2015 après une rencontre avec des parlementaires français à Damas [HO / SYRIAN PRESIDENCY FACEBOOK PAGE/AFP]

Le président syrien Bachar al-Assad a déclaré mercredi que son pays dévasté par la guerre n'était pas un terreau pour le groupe Etat islamique (EI) et reproché à l'Occident d'être responsable de la naissance de l'organisation jihadiste.

"Je peux vous dire que Daesh ne dispose pas d'un incubateur naturel, d'un incubateur social à l'intérieur de la Syrie", a affirmé M. Assad lors d'une interview avec la chaîne de télévision nationale italienne Rai. Il a insisté sur le fait que les jihadistes entraînés en Syrie pour commettre des attentats à Paris et ailleurs en sont capables grâce au "soutien des Turcs, des Saoudiens et des Qataris, et bien sûr à la politique occidentale qui a soutenu les terroristes de différentes manières".

Daesh "n'a pas démarré en Syrie. Il a débuté en Irak et avant, en Afghanistan", a dit Bachar al-Assad, en s'appuyant sur une citation de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair selon laquelle "la guerre en Irak a contribué à créer l'EI". "Son aveu constitue la preuve la plus significative", a affirmé le président syrien.

Les attentats de Paris, revendiqués par Daesh et qui ont fait 129 morts la semaine dernière, ont donné un coup d'accélérateur aux discussions pour trouver une issue à la guerre en Syrie mais achoppent toujours sur le sort de Bachar al-Assad. Depuis 2011, la guerre a fait au moins 250.000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés. Des pans entiers du territoire sont sous l'emprise de l'EI et d'autres groupes armés.

M. Assad a estimé mercredi qu'il ne pouvait y avoir de calendrier de transition prévoyant des élections en Syrie tant que des régions du pays étaient contrôlées par les rebelles. "Ce calendrier pourra démarrer une fois qu'on aura commencé à vaincre le terrorisme. Vous ne pouvez rien obtenir politiquement tant que vous avez des terroristes qui s'emparent de nombreuses zones en Syrie", a-t-il dit. Une fois cette situation réglée, "un an et demi à deux ans suffisent pour une transition".

La volonté de M. Assad de se maintenir au pouvoir a détérioré les relations entre les Etats-Unis, la France - soutiens au soulèvement en Syrie - et la Russie, l'un des plus solides alliés du régime. Mais après les attentats à Paris et l'attentat à la bombe contre un avion de ligne russe, ces pays semblent de plus en plus disposés à unir leurs forces contre l'organisation jihadiste.

Vous aimerez aussi

Un médecin soigne une femme dans un hôpital d'Alep, le 24 novembre 2018 [George OURFALIAN / AFP]
Moyen-orient Syrie : la Russie bombarde des rebelles après une attaque au «chlore» à Alep
Des médecins et infirmiers manifestent à Atmé, dans la région d'Idleb, en Syrie, le 16 septembre 2018. [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Frappes en Syrie Syrie: médecins et infirmiers manifestent à Idleb contre une offensive
Un combattant du Front national de libération (FNL), principale coalition rebelle dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, marche dans une tranchée dans cette région le 31 août 2018 [OMAR HAJ KADOUR / AFP]
Conflit Syrie : les rebelles consolident leurs positions en prévision d'un assaut

Ailleurs sur le web

Derniers articles