Syrie : un cessez-le-feu pour le 27 février

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, photographié à Amman (Jordanie) le 21 février 2016. [AFP / KHALIL MAZRAAWI]

Un accord de cessez-le-feu entrera en vigueur en Syrie le 27 février à minuit heure de Damas, ont annoncé les Etats-Unis et la Russie. L'opposition syrienne a indiqué qu'elle accepterait "sous conditions" le cessez-le-feu, tandis que Damas a annoncé la tenue d'élections législatives pour le 13 avril prochain.

Cette interruption des hostilités - qui ont fait des dizaines de milliers de morts et des millions de réfugiés depuis cinq ans - ne concernera toutefois pas le groupe terroriste Daesh et le Front Al-Nosra, branche d'Al-Qaïda en Syrie, précise le communiqué.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, a salué comme un "signe d'espoir pour la population syrienne" cet accord de cessez-le-feu. Il a toutefois "exhorté les parties prenantes à (le) respecter", ajoutant qu'il "reste beaucoup de travail à faire pour l'appliquer".

Le président des Etats-Unis Barack Obama s'est entretenu par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine pour évoquer l'accord de cessez-le-feu. Lors de cet appel, M. Obama a insisté sur la nécessité du respect de l'accord par toutes les parties pour "soulager les souffrances du peuple syrien" et "se concentrer" sur le combat contre Daesh.

A lire aussi : Syrie : l'opposition va accepter "sous conditions" le cessez-le-feu, Damas annonce des élections législatives

De son côté, Vladimir Poutine a indiqué que la Russie "fera le nécessaire" pour que Damas respecte l'accord de cessez-le-feu et espère que les Etats-Unis "feront la même chose" avec les groupes rebelles syriens. S'exprimant à la télévision russe, le président russe a déclarer qu'il "ferai le nécessaire avec Damas et avec les autorités légitimes syriennes". "Nous comptons sur les Etats-Unis pour faire la même chose avec ses alliés et les groupes qu'elle soutient", a-t-il ajouté.

Le Haut comité des négociations (HCN), qui rassemble des groupes clés de l'opposition syrienne, a indiqué dans un communiqué qu'il va accepter "sous conditions" le cessez-le-feu en Syrie annoncé par Moscou et Washington. Dans le sillage des déclarations du HCN, Sana, l'agence officielle du régime, a annoncé la tenue d'élections législatives pour le 13 avril prochain. Les dernières élections législatives en Syrie remontent à 2012, alors que le conflit était déjà lancé.

Londres prudent, Paris "très vigilant"

L'accord de cessez-le-feu en Syrie annoncé par Moscou et Washington ne pourra être couronné de succès que si la Russie et le régime de Damas changent considérablement leur attitude sur le terrain, a estimé lundi la diplomatie britannique.

"S'il est mis en oeuvre pleinement et loyalement, cet accord constituera une étape importante pour faire baisser le terrible niveau de violence et contribuer à oeuvrer pour un règlement politique" du conflit, a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères britannique, Philip Hammond. "Mais il ne sera couronné de succès seulement s'il y a un changement majeur d'attitude de le part du régime syrien et de ses soutiens", a-t-il ajouté. "La Russie, en particulier, doit respecter cet accord en cessant ses attaques contre les civils syriens et les groupes d'opposition modérés et en usant de son influence pour faire en sorte que le régime syrien fasse de même", a-t-il dit.

Depuis Kiev, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a affirmé que Paris sera "très vigilant" sur la mise en œuvre du cessez-le-feu. "Un accord a été trouvé. Nous sommes en train d'en examiner les détails. Il y a urgence à ce qu'il soit mis en oeuvre; nous serons très vigilants sur sa mise en oeuvre de bonne foi par toutes les parties concernées", a déclaré le chef de la diplomatie française dans une déclaration transmise à l'AFP.

L’annonce des diplomaties russe et américaine intervient au lendemain d’un double attentat revendiqué par Daesh près du sanctuaire de Sayeda Zeinab, un haut lieu du chiisme situé à moins de 10 km de Damas, la capitale syrienne. On dénombre 120 morts ce qui en fait l’attaque la plus sanglante perpétrée en Syrie depuis 2011.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles