La CIA célèbre à sa façon les cinq ans de la mort d'Oussama Ben Laden

Sur Twitter, la CIA a reconstitué minute par minute le raid américain contre Ben Laden.[Pete SOUZA / THE WHITE HOUSE / AFP]

C’est avec un live-tweet que la CIA a marqué le cinquième anniversaire de la mort du fondateur d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, tué dans sa résidence du Pakistan par un raid des forces spéciales américaines.

«Pour marquer le 5e anniversaire de l'opération Oussama Ben Laden à Abbottabad nous allons twitter le raid comme s'il avait lieu aujourd'hui. #UBLRaid» a prévenu le compte officiel de la CIA.

A lire aussi : Quel pouvoir de nuisance a encore Al-Qaïda ?

C’est ensuite une série de tweets sur le déroulement minute par minute de l'opération de la nuit du 1er mai au 2 mai 2011 que l’agence américaine a diffusé. La CIA a notamment twitté la célèbre photo de Barack Obama suivant les opérations depuis la salle de crise de la Maison Blanche. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas du goût de tous les américains

Cette manière de commémorer cet évènement n’a pas été du gout de tout le monde. C'est le moins qu'on puisse dire. «@CIA allons-nous aussi tweeter Hiroshima le 6 août ? Ou ça relève du mauvais goût ?» s’est exclamé un internaute. «N'avez-vous rien de mieux à faire, comme par exemple attraper les méchants en vie, ou vous immiscer secrètement dans notre vie privée ? @CIA #UBLRaid» écrit un autre.

Néanmoins, certains défendaient volontiers l’initiative de l'agence américaine de renseignement. «Regarder la @CIA revivre aujourd'hui sur Twitter le #UBLRaid me rappelle à quel point je suis fier des hommes et des femmes qui font ce travail. Je vous remercie» a ainsi twitté l’un d’entre eux.

 

La CIA veut la tête de Daesh

Dimanche, le directeur de la CIA John Brennan a estimé qu'éliminer Abou Bakr al-Bagdadi, le chef de Daesh, aurait un «impact» important sur l'organisation jihadiste qui a éclipsé Al-Qaïda. «Nous avons détruit une grande partie d'Al-Qaïda. Il n'est pas complètement éliminé (...) Maintenant, nous allons devoir faire face dans les années qui viennent au nouveau phénomène de Daesh», a résumé sur NBC le patron de l'agence américaine de renseignement.

«Si nous avons Bagdadi, je pense que cela aura un grand impact sur l'organisation. Ils en subiront les effets» a reconnu John Brennan. Pour autant, Daesh n'est «pas seulement une grande organisation, c'est un phénomène. Nous ne le voyons pas qu'en Syrie et en Irak, nous le voyons en Libye, au Nigeria et dans d'autres pays» a-t-il souligné.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles