Seule la pluie pourrait éteindre le gigantesque incendie de Fort McMurray

Le feu s’étend désormais sur plus de 85.000 ha, soit une étendue grande comme huit fois Paris.[SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

L’étendue des incendies de forêt et de broussailles qui ravagent la ville de Fort McMurray est telle que les autorités estiment qu’elles ne pourront pas l’éteindre elle-même. Elles s’en remettent désormais à la météo et aux averses.

Jeudi, des vents très forts ont attisé les brasiers et l’incendie s’est propagé au sud-est de la ville. En une journée il a ravagé dix fois plus de superficie que lors des cinq journées précédentes. En d’autres termes l’incendie est totalement hors de contrôle. Le feu s’étend désormais sur plus de 85.000 ha, soit une étendue grande comme huit fois Paris.

A lire aussi : Les habitants de Fort McMurray pourraient ne jamais revenir chez eux

Le responsable de la gestion des feux de forêt au ministère de l’Agriculture de l’Alberta n’est guère optimiste. Selon lui, l’issue du gigantesque sinistre dans les prochains jours dépend désormais de la météo. «Soyons francs, les avions-citernes ne réussiront pas à éteindre le feu», a-t-il indiqué lors d’un point de presse.

Pas d'averse avant dimanche

Jeudi, 1.110 pompiers, 145 hélicoptères, 138 camions et 22 avions-citernes étaient déployés pour combattre l’incendie et évacuer la population. Ne reste plus qu’à espérer qu’il pleuve. Or les prévisions ne laissent pas entrevoir de possibles averses avant dimanche. Sans compter qu'en étant aussi actif et dégageant de la chaleur, l'incendie modifie à sa manière la météo qui l'environne.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles