Un voyage et plusieurs enjeux pour le pape François en Arménie

Le pape restera en Arménie jusqu'au dimanche 26 juin. Le pape restera en Arménie jusqu'au dimanche 26 juin.[FILIPPO MONTEFORTE / AFP]

Le pape François arrive ce vendredi 24 juin en Arménie, l'une des plus anciennes nations chrétiennes au monde, pour une visite de trois jours.

Ce quatorzième voyage du souverain pontife à l’étranger aura d’abord une dimension religieuse, dans un pays où les croyants ont beaucoup souffert du joug soviétique athée. Le christianisme y est pourtant solidement ancré : l’Arménie a été la première nation à l’adopter comme religion d’État en 301 et l’immense majorité de la population est fidèle à l’église apostolique, séparée de Rome depuis cette époque.

A lire aussi : Le pape reconnait le massacre des arméniens comme un génocide

Mais ce déplacement aura également une dimension politique. Les Arméniens espèrent en effet que le Pape prononce le mot «génocide» lors de sa visite au mémorial de Tzitzernakaberd, dédié au massacre perpétré par l’Empire ottoman en 1915. Un geste qui risque de déclencher l’ire des Turcs, qui nient le génocide, et que François pourrait donc choisir d’éviter, dans une volonté d’apaisement.     

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles