Syrie : la France réclame un cessez-le-feu humanitaire à Alep

Un homme au milieu de débris liés à une attaque aérienne à Alep, le 19 juillet 2016 [THAER MOHAMMED / AFP/Archives] 200.000 habitants des quartiers rebelles d'Alep sont assiégés depuis le 17 juillet. [THAER MOHAMMED / AFP/Archives]

La France appelle à un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Alep en Syrie, après le bombardement de quatre hôpitaux de la ville par le régime du président Bachar al-Assad, a déclaré lundi son représentant à l'ONU.

"Le Conseil de sécurité ne peut pas accepter que ces crimes de guerre - oui des crimes de guerre - se répètent", a lancé François Delattre, comparant la situation d'Alep (nord de la Syrie) à celle de Sarajevo pendant la guerre de Bosnie. "La France, a-t-il dit, appelle à une trêve humanitaire immédiate à Alep et dans la Ghouta (périphérie rurale de Damas) vingt ans après le siège de Sarajevo".

A lire aussi : Syrie : un enfant décapité par un groupe de rebelles

Il s'exprimait devant des journalistes juste avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à la situation humanitaire en Syrie. Le régime syrien et ses alliés "sont décidés à assiéger, affamer et bombarder Alep jusqu'à ce qu'ils atteignent leur objectif militaire - éliminer l'opposition - c'est cela le but de ce siège", a déclaré François Delattre.

"Trop c'est trop", a affirmé l'ambassadeur britannique Matthew Rycroft. Il a indiqué que le Conseil de sécurité réfléchissait à une initiative éventuelle pour répondre à la crise à Alep mais sans donner de détails.

200.000 habitants bloqués dans la ville assiégée

200.000 habitants des quartiers rebelles d'Alep sont assiégés depuis le 17 juillet et fréquemment pris pour cibles par l'aviation du régime de Bachar al-Assad et de son allié russe. Des bombardements ont touché ce week-end quatre hôpitaux de campagne et une banque de sang, provoquant notamment la mort d'un nouveau-né, décédé après la rupture de son alimentation en oxygène.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles