Japon : un volcan menace des centaines de milliers de personnes

Les 600.000 habitants de Kagoshima se trouvent aux premières loges d'une éruption du Sakurajima.[JAPAN METEOROLOGICAL AGENCY / AFP]

La menace plane sur des centaines de milliers de personnes. Un volcan japonais dont la dernière éruption remonte à 1914 montre des signes d’activité qui font craindre un désastre majeur.

La quantité de magma présente sous le volcan Sakurajima augmente en effet chaque année de façon plus inquiétante. «Le magma contenu dans la chambre magmatique augmente de plus en plus et à un rythme de plus en plus soutenu» s’est récemment alarmé le volcanologue anglais James Hickey dans une revue scientifique spécialisée. Selon lui, au rythme actuel, le volcan Sakurajima pourrait connaitre une éruption en 2044. 

A lire aussi : Le volcan du Seigneur des Anneaux se réveille

Le volcan, qui culmine à 1.117 mètres, se situe au sud-ouest de l'île de Kyushu. Sa dernière éruption majeure du Sakurajima remonte à 1914. Le volcan avait tué 58 personnes, sa lave avait comblé un détroit et modifié la topographie de la région, notamment Kagoshima, ville portuaire distante de huit kilomètres à vol d'oiseau.

600.000 habitants aux premières loges

Cette cité compte aujourd’hui 600.000 habitants. Inutile donc de préciser qu’il représente une menace majeure pour ses habitants. Les habitants sont d’ailleurs habitués à sa présence, puisque des centaines de petites explosions se produisent chaque année. Ces derniers temps, le volcan a tout de même connu un véritable regain d’activité avec un 500 à 1.000 éruptions mineures chaque année, contre 100 à 200 il y a encore deux décennies. Précisons que ce volcan se trouve à 50 kilomètres d'une centrale nucléaire.

A lire aussi : Pourquoi le Japon s’appelle-t-il «le pays du soleil-levant» ?

En réalité, ce qui alarme les volcanologues, c’est le modèle choisi dans les années 1950 pour prédire la prochaine grande éruption du Sakurajima. Celui-ci ne tenait compte ni de l’aspect de la chambre magmatique, ni de la topographie de la région, ni même de la nature de la croûte terrestre. Avec ces données et celles fournies par sismomètres et autres GPS placés dans et autour du volcan, les scientifiques prédisent désormais deux à trois éruptions par jour… avant une éruption majeure.

Une population rompue aux exercices d'évacuation

Les autorités sont bien conscientes du risque qui pèse sur leur ville. D'autant plus que les éruptions du volcan sont de plus en plus spectaculaires. Elles ont récemment dévoilé un nouveau plan d'évacuation de la population en moins de quatre heures. Et chaque 12 janvier, date anniversaire de l'explosion de 1914, il fait l'objet d'une répétition générale avec applications de consignes très strictes et multiplication des infrastructures pour retarder la lave ou se protéger des cailloux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles