Ivre, le pilote veut s’envoler avec 154 passagers à bord

L’incident a fait scandale et deux hauts dirigeants de la compagnie ont depuis démissionné.

Les images ne plaident pas en sa faveur. Le pilote d’une compagnie low-cost indonésienne a été licencié pour avoir envisagé de décoller dans un état d’ébriété avancé avec 154 passagers à bord d’un Boeing 737.

Le plus incroyable dans cette histoire, c’est que ce commandant de bord de 32 ans a été empêché de décoller par la seule intervention des passagers qui se sont alarmés de son état au moment d’entendre les premières annonces à bord. Il articulait à peine. Certains ont quitté l'avion sur le champ pour demander son remplacement. Ce qu’ils ont obtenu, décollant finalement avec une heure de retard de Surabaya, la deuxième plus grande ville d'Indonésie, pour rejoindre Jakarta.

A lire aussi : Canada : ivre, un pilote d’avion est arrêté juste avant le décollage

Dans un premier temps, la compagnie Citilink a indiqué que les dépistages d’alcoolémie et de drogue effectué sur son pilote étaient négatifs. Mais l’incident, qui s’est déroulée le 28 décembre dernier, a pris une autre ampleur quand sont apparues des images de la vidéosurveillance de l’aéroport.

On y voit le jeune commandant de bord titubant lors de son passage des contrôles de sécurité. Sous le regard des employés, il dépose péniblement sa sacoche sur le tapis roulant d’un détecteur. Et au moment de la reprendre il laisse tomber son contenu sans même s’en rendre compte, laissant les agents rassembler ses affaires. Les contrôleurs le laissent tout de même gagner l’appareil alors que le jeune homme dans une attitude pathétique qui siéent aux personnes ivres tente tant bien que mal de faire bonne figure.

A lire aussi : Deux pilotes ivres arrêtés juste avant le décollage de leur Airbus A310

L’incident a fait scandale et deux hauts dirigeants de la compagnie ont démissionné depuis. Le jeune pilote a lui été licencié et le ministre des Transports indonésien attend les conclusions d’une enquête pour l’autoriser ou non à voler de nouveau. Les incidents mettant en cause l’ébriété des pilotes se sont multipliés ces derniers mois, en Asie et en Amérique du Nord. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles