Avalanche en Italie : polémique sur la réactivité des secours

Des proches des victimes disent que les autorités ont mis longtemps à les croire lorsqu'ils ont donné l'alerte mercredi vers 17h40, ce que les secours démentent. [HANDOUT / CNSAS / AFP]

La polémique enfle. Alors que des dizaines de secouristes ont travaillé toute la nuit de jeudi à vendredi autour de l'hôtel dévasté par une avalanche dans l'espoir de retrouver des survivants, les autorités sont accusées d'avoir mis longtemps à croire les victimes qui les avaient alerté dès mercredi après-midi.

Le parquet de Pescara a d'ailleurs ouvert une information judiciaire pour homicide involontaire. Selon les médias italiens, il s'agit d'abord de comprendre pourquoi les nombreux clients qui souhaitaient rentrer chez eux mercredi après une série de fortes secousses sismiques en fin de matinée ont attendu en vain qu'un chasse-neige vienne débloquer la route.

A lire aussi : Italie : toujours aucun signe de vie dans l'hôtel enseveli par une avalanche

Et il s'agit surtout de faire la lumière sur des témoignages de proches des victimes, qui disent que les autorités ont mis longtemps à les croire lorsqu'ils ont donné l'alerte mercredi vers 17h40, ce que les secours démentent. La route étant bloquée par plus d'un mètre de neige, les premiers secouristes sont arrivés dans la nuit après des heures d'efforts à ski dans les bourrasques de neige.

Deux corps tirés des décombres

Depuis jeudi matin, deux corps ont été retrouvés et au moins un autre localisé sur le site. Mais les recherches progressent lentement, par crainte d'éboulements risquant d'ensevelir d'éventuels survivants, même si aucun signe de vie n'a été relevé. Selon les estimations, entre 25 et 30 personnes, clients, employés et peut-être quelques visiteurs, sont encore portées disparues, dont plusieurs enfants. Les corps des victimes ont été transportés à la morgue de l'hôpital de Pescara.

Mercredi, quatre secousses d'une magnitude allant de 5,2 à 5,7, fortement ressenties dans tout le centre de la péninsule, ont frappé la région d'Amatrice, à une cinquantaine de kilomètres à vol d'oiseau de Farindola. Et des centaines de répliques ont été enregistrées, dans cette zone touchée de plus par des chutes de neige historiques.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles